Partagez | .
 

 Un nouveau départ ft. SAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Un nouveau départ ft. SAM Sam 18 Jan - 11:57

à faire plus tard

Un coup d’œil sur ma montre. J’allais être en retard si je ne me dépêchais pas. D’habitude, je ne reculais jamais devant un rendez-vous ordonné par le tribunal correctionnel. Mais là, c’était différent. Je n’aurais plus la même psychologue, elle était partie en retraite, la vieille. J’avais déjà mis plusieurs mois avant de réussir à lui parler. Et maintenant, j’allais devoir refaire tout le travail avec une nouvelle. Cela ne m’enchantait guère, disons même que ça m’agaçait au plus haut point. Mais bon, je n’avais pas le choix. Soupirant, je me levais du fauteuil, saluant le barman avant de quitter l’ambiance chaleureuse pour rejoindre la fraîcheur presque glaciale de New York. Mains dans les poches, je me dirige vers la route pour héler un taxi. Une jeune fille leva une main, je l’observais avec un sourire. M’approchant d’elle, lorsque le taxi se gara, je me pressais sur la porte pour l’ouvrir et rentrer à l’intérieur. Déjà sa voix s’éleva, me priant de sortir du taxi car elle était déjà très en retard. Qu’est-ce que j’en avais à foutre moi ?! Je claquais la porte, ouvrant la fenêtre pour sortir avec un sourcil arqué. « Moi je suis en retard poulette ! Lève ta jupe, tu verras que tu monteras rapidement dans un taxi. Allez, merci hein ! » Je fis un signe alors que la voiture démarrait déjà pour m’emmener jusqu’à mon lieu de rendez-vous, quinze minutes plus tard. Je débarquais à l’intérieur, saluant la secrétaire habituelle avec un sourire charmeur. « Salut beauté ! J’suis en retard, je sais… Alors, elle est là la nouvelle ?! » Elle baissa ses lunettes, voulant se montrer sévère avec moi. « Non pas encore, elle est en retard. Mais elle arrive. » Je soupirais, glissant une main sur mon visage avant de m’installer sur un fauteuil. Dix minutes plus tard, j’allais taper du poing sur le comptoir. « Bon j’vais pas attendre dix ans non plus. » « Elle arrive Colin, sois patient ! » Je jurais entre mes dents, sortant pour fumer une clope. La jeune femme à qui j’avais volé le taxi s’approche et entre à l’intérieur. Tiens, elle avait un rendez-vous ici, elle aussi. Que le monde est petit. Je finis ma tige de nicotine sans me presser. Puis, je retournais à l’intérieur. « Elle t’attend, tu peux y aller. » Je lui fis un signe de main avec un clin d’œil et j’entrais dans le bureau habituel dont la décoration était différente. La psy redressa la tête et je ne pus retenir mon rire, prenant place sur le siège. « Si j’avais su Doc’, je vous aurais laissé le taxi. Ou peut-être que j’aurais pu le partager aussi… Ouais… » Je continuais de me marrer, posant mes pieds sur le bureau comme d’habitude.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 12:55



Depuis ma sortie de l’université en juin dernier, j’avais enchainé les rendez-vous pour décrocher un job, mais beaucoup de cabinets de psychiatres, demandaient de l’expérience et la seule que j’avais, c’était celle que j’avais suivie dans un service psychiatrique à l’hôpital central, le reste n’était que théorique pour moi, mais il fallait bien débuter un jour ou l’autre, et même si je n’étais pas encore docteur en psychiatrie, je le serais dans un an après avoir écrit ma thèse, mais pour cela, il me fallait un sujet et sans boulot, pas de thèse. Et puis le coup de chance alors que je baissais les bras, on m’avait téléphoné au mois de novembre pour me proposer un job en début janvier dans un centre pour anciens délinquants et prisonniers en probation. Un boulot dans la fonction d’État, je n’allais pas refuser surtout qu’on m’avait promis, une possible embauche, si je convenais. Je m’étais donc préparée et début janvier juste après les fêtes, j’avais suivi les dossiers d’une psychiatre qui partait à la retraite, celle que je devais remplacer au moins temporairement. Je n’avais reçu qu’une dizaine ses patients, le reste ayant été distribué à ses autres collègues. J’étais encore nouvelle dans le centre, mais l’ambiance était bonne et les patients que j’avais rencontrés n’allaient pas me poser des problèmes, sauf peut-être la petite frappe que j’avais reçu la veille et qui semblait déjà vouloir me mettre dans son lit à tout prix. Ça promettait… Merde ! Il était déjà cette heure-là. J’attrapais ma tasse de café, la finissant sur le chemin de la salle de bain où je me brossais les dents et me donnait un coup de peigne avant d’attacher mes cheveux en chignons. Tailleur simple, chemisier sans pli et coiffure impeccable, j’étais prête. Sauf, que j’étais en retard. Je filais dans le salon me cognant sur le coin du divan et jurant à haute voix avant de sautiller vers mes chaussures et de les enfiler rapidement. Un peu de parfum, mon manteau que j’enfilerais dans l’ascenseur, je passe la porte, je reviens, je prends ma mallette, je ressors et rentre de nouveau pour attraper les clés. Je ferme et j’appuie comme une dingue sur le bouton de l’ascenseur…il est trop lent, je descends par l’escalier. Je croise mon voisin, qui revient d’avoir promener son chien. « Bonjour, Monsieur Walter ! Oui…on en reparlera ce soir…je suis en retard… » Je sors, enfilant mon manteau lorsque le froid me saisit et je hèle un taxi pour qu’il s’arrête. Le temps que je ferme mon manteau, un type assez désagréable me prend la place et je râle. « Pardonnez-moi, mais c’est mon taxi et je vais être en retard ! » Sa manière de me répondre me choque, levez ma jupe, sale type. « Pauvre con !!!! » Lançais-je alors que le taxi roulait déjà vers le centre-ville . Je levais la main vers un autre taxi, mais il était déjà pris. Je dus attendre cinq bonnes minutes avant de pouvoir monté dans une voiture jaune et lui indiquer mon trajet. Les bouchons sur NY une vraie plaie, voyant que je ne suis qu’à une rue, je tends la somme dû au taxi et je sors, marchant vite jusqu’au centre où je retrouve le type qui m’a volé mon taxi. Je lève la tête bien droite et j’entre sans même faire attention à lui. Je prends mon courrier je vais directement à mon bureau, mais la secrétaire m’annonce que M. O’Toole, revient qu’il est sorti. « Bien, merci…envoyez-le-moi. J’aurais le temps de me poser comme ça » Je me dépêche posant mon manteau sur la patère avant et ma mallette près de mon bureau. Je fais chauffer mon bruleur de parfum léger pour donner l’ambiance et je m’assois à mon bureau, sortant le dossier de Monsieur Anton Colin O’Toole. Avec lui, j’allais avoir à faire, c’était sans doute l’un des cas les plus passionnants qu’on m’avait donné. J’avais écouté toutes les conversations enregistrées avec l’autre psychanalyste et éplucher tout le dossier écrit afin de mieux le connaitre et j’avouais qu’il serait un patient sur lequel je pourrais faire une thèse. Il frappa et entra et je levais la tête, Bon Dieu de merde…le type du taxi. Je me levais, lui serrant la main avant de lui indiquer le siège devant moi. « Si j’avais su Doc’, je vous aurais laissé le taxi. Ou peut-être que j’aurais pu le partager aussi… Ouais… » Je regardais ses pieds sur mon bureau et je me levais doucement, faisant le tour de mon bureau et appuyant mes fesses sur le rebord de ma table. « En effet, vous auriez pu me le laisser, surtout que c’était moi qui l’avait fait arrêter, mais ce n’est pas important, ce n’est pas la première fois que cela m’arrive et surement pas la dernière » Je souris un peu tendue avant de lui demander gentiment de retirer ses pieds de mon bureau en bois d’acajou. « Vos pieds, s’il vous plait…si vous désirez vous étendre, vous avez le divan ici…Mais il me sera difficile de vous parler avec vos pieds aux semelles douteuses sous les yeux. New York n’est pas une ville propre et vous n’êtes pas non plus dans un bar…Cela étant dit, je me présente. Je suis votre nouvelle aide psychologique, Mademoiselle Kane. Je ne suis pas encore Docteure, je le serais en fin d’année, j’espère. Voulez-vous me parler un peu de vous, qu’on fasse connaissance et après vous me parlerez de ce qu’il s’est passé depuis votre dernier rendez-vous et ce qui pourrait vous ennuyer… »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 13:53

à faire plus tard


« En effet, vous auriez pu me le laisser, surtout que c’était moi qui l’avait fait arrêter, mais ce n’est pas important, ce n’est pas la première fois que cela m’arrive et surement pas la dernière » Je levais les yeux au ciel. Si le taxi était pour elle, je n’aurais pas eu la possibilité de monter dedans. Trop tête en l’air le doc’. Elle s’installa sur le bureau à côté de mes pieds et je levais le regard vers elle lorsqu’elle me demanda de retirer mes pieds. « Vos pieds, s’il vous plait…si vous désirez vous étendre, vous avez le divan ici…Mais il me sera difficile de vous parler avec vos pieds aux semelles douteuses sous les yeux. New York n’est pas une ville propre et vous n’êtes pas non plus dans un bar…Cela étant dit, je me présente. Je suis votre nouvelle aide psychologique, Mademoiselle Kane. Je ne suis pas encore Docteure, je le serais en fin d’année, j’espère. Voulez-vous me parler un peu de vous, qu’on fasse connaissance et après vous me parlerez de ce qu’il s’est passé depuis votre dernier rendez-vous et ce qui pourrait vous ennuyer… » Je me redressais légèrement, retirant mes pieds du bureau histoire de ne pas commencer sur de mauvaises ondes, surtout que j’avais déjà volé son taxi. Je me raclais la gorge, la montrant d’un doigt. « Vous n’êtes pas docteur et vous êtes là ? C’est du foutage de gueule, vous croyez que j’vais vous raconter ma vie alors que vous serez incapable d’me faire votre thérapie de merde ?! » Je me levais du siège, celui-ci grinçant sur le parquet de son bureau. « Pourquoi est-ce que j’me retrouve avec une gamine qui n’a aucun diplôme ? Vous pensez que j’vais accepter ça ? J’veux un entretien avec le juge, y’a d’la magouille dans l’air sans que j’en suis l’investigateur et ça m’plait pas ! » Je donnais un coup de pied dans le fauteuil sous le regard calme de la jeune femme. Je fronçais des sourcils, croisant des bras avant de passer une main dans mes cheveux. Je ne tenais pas en place, surtout dans une situation comme celle-ci. Déjà me confier, la vieille doc’ avait eu du mal à me faire parler mais là, j’étais avec une jeune sans diplôme et je devais tout lui dire. Va chier ! Je sortis une clope de mon paquet, l’allumant rapidement en lui montrant le téléphone. « Tu bouges ton cul et tu appelles le juge merde ! J’vais pas prendre racine ici ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 14:19



Il retira ses pieds et je fus soulager de ne pas avoir recours à la menace lors de notre première séance, j’étais professionnelle, mais derrière cette apparence, j’étais effrayée à chaque nouvelle rencontre avec mes patients. « Vous n’êtes pas docteur et vous êtes là ? C’est du foutage de gueule, vous croyez que j’vais vous raconter ma vie alors que vous serez incapable d’me faire votre thérapie de merde ?! » je ne m’attendais pas du tout à cette réaction avec lui, je le savais sanguin et difficile, et surtout nerveux avec ce qu’il ne maîtrisait pas, mais juste s’emballer parce que je n’avais pas mon diplôme. « Calmez vous, s’il vous plait… » Je gardais mon calme, mais lui visiblement, non. « Pourquoi est-ce que j’me retrouve avec une gamine qui n’a aucun diplôme ? Vous pensez que j’vais accepter ça ? J’veux un entretien avec le juge, y’a d’la magouille dans l’air sans que j’en suis l’investigateur et ça m’plait pas ! » il frappa le divan et je fermais les paupières un moment cherchant comment je pouvais le calmer sans le contrarier. Il s’alluma une cigarette et je ne l’empêchais pas, même si j’aurais du le faire. Cela allait peut-être calmer sa paranoïa à mon propos. « Tu bouges ton cul et tu appelles le juge merde ! J’vais pas prendre racine ici ! » Je soupirais, me redressant et allant vers lui sans signe d’agressivité. « Colin, je peux vous appelez Colin ? » Je n’attendis pas sa réponse et je poursuivis. « Je ne suis pas ici pour vous faire du mal ou vous nuire. Effectivement, je n’ai pas encore passé ma thèse, mais j’ai suivis des cours et j’ai un diplôme qui se concrétisera par l’obtention de mon serment avant d’être nommé docteur, mais pour le moment, je dois faire mes preuves…un peu comme vous depuis votre sortie de prison » Je restais à une distance raisonnable lorsque ma secrétaire entra pour savoir si tout allait bien car elle avait entendu des voix s’élever. Je lui fit un signe de main que tout allait bien et elle ressortit. « Votre ancienne psychiatre est partie à la retraite et moi, je viens d’être nommée, il n’y a aucune embrouille là dedans, je vous le promets. Mais si vous vous sentez mal à l’aise, je peux vous laisser sortir maintenant et si vous désirez revenir la semaine prochaine, nous reparlerons plus calmement, sinon, je demanderais à ce qu’un autre docteur vous prenne en charge. C’est…comme vous le voulez…Colin. Mais je trouverais cela dommage, car je sens que vous vous confierez plus à moi, en tant que femme qu’aux autres médecins qui sont des hommes et qui seront plus durs avec vous, non ? »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 14:31

à faire plus tard


« Colin, je peux vous appelez Colin ? » J’allais répondre mais elle continua sans que je n’ai le temps. « Je ne suis pas ici pour vous faire du mal ou vous nuire. Effectivement, je n’ai pas encore passé ma thèse, mais j’ai suivis des cours et j’ai un diplôme qui se concrétisera par l’obtention de mon serment avant d’être nommé docteur, mais pour le moment, je dois faire mes preuves…un peu comme vous depuis votre sortie de prison » JE fronçais des sourcils, l’observant de bas en haut comme si elle devait passer sous mon regard avant de continuer à parler. Je n’aimais pas le changement et j’avais tapé du poing plusieurs fois sur le bureau de mon ancienne psy lorsqu’elle m’avait annoncé sa retraite. La secrétaire rentra dans le bureau et elle eut un regard envers moi en voyant que j’étais debout, une cigarette à la bouche et l’air contrarié. Elle avait l’habitude de mes emportements, mais elle devait s’inquiéter pour la petite jeune. Je reportais mon attention sur la jeune femme qui reprit la parole. « Votre ancienne psychiatre est partie à la retraite et moi, je viens d’être nommée, il n’y a aucune embrouille là dedans, je vous le promets. Mais si vous vous sentez mal à l’aise, je peux vous laisser sortir maintenant et si vous désirez revenir la semaine prochaine, nous reparlerons plus calmement, sinon, je demanderais à ce qu’un autre docteur vous prenne en charge. C’est…comme vous le voulez…Colin. Mais je trouverais cela dommage, car je sens que vous vous confierez plus à moi, en tant que femme qu’aux autres médecins qui sont des hommes et qui seront plus durs avec vous, non ? » Je grognais légèrement, tirant une longue bouffée sur ma tige de nicotine. « Je sais qu’elle est partie à la retraite, je pensais qu’on allait me mettre face à quelqu’un de compétent. Je m’en cogne que tu sortes des études… » Je soupirais. Bon de toute façon, si je faisais des histoires avec la nouvelle psychologue, j’allais avoir le juge sur le dos qui ne me portait pas dans son cœur. Je repris place sur le fauteuil, mettant mes cendres dans ce qui ressemblait à une tasse sur son bureau. « Non ça va ! Le juge va m’en foutre plein la gueule et j’vais écoper d’heures de travail ! T’as intérêt à être bonne ! » Je passais une main dans mes cheveux longs, écrasant ma clope dans la paume de ma main avant de mettre le mégot dans la poubelle. Puis, j’essuyais ma main dont la brûlure ne m’avait fait qu’un simple frisson sur mon jean. « Qu’est-ce que j’pourrais dire que tu ne sais pas déjà ? J’suis sûre que t’as lu le dossier de mon ancienne psy non ?! » Je levais un sourcil, ne lui laissant pas le temps d’en placer une autre. « Parle-moi d’toi plutôt, j’veux savoir à qui j’ai à faire. Et j’m’en tape de tes études, parle-moi de toi. La gamine que j’ai devant les yeux, pas l’étudiante ! » Je croisais les bras.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 14:50



« Je sais qu’elle est partie à la retraite, je pensais qu’on allait me mettre face à quelqu’un de compétent. Je m’en cogne que tu sortes des études… » Il sembla se calmer, voir que je n’étais pas là contre lui, mais pour lui et je fus soulagée, bien qu’ennuyée qu’il se permette de mettre ses cendres dans ma tasse de café vide. « Alors dois-je téléphoner ? » Il grogna et je repris ma place derrière mon bureau. « Non ça va ! Le juge va m’en foutre plein la gueule et j’vais écoper d’heures de travail ! T’as intérêt à être bonne ! » Et en plus j’avais le droit à des menaces. Mais peut être que je m’étais trompée sur lui, il serait peut être mon cas le plus compliqué, les autres n’avaient pas fait autant de manières. « Qu’est-ce que j’pourrais dire que tu ne sais pas déjà ? J’suis sûre que t’as lu le dossier de mon ancienne psy non ?! » Je regardais sa main, il venait d’écraser sa cigarette sur sa main. « Parle-moi d’toi plutôt, j’veux savoir à qui j’ai à faire. Et j’m’en tape de tes études, parle-moi de toi. La gamine que j’ai devant les yeux, pas l’étudiante ! » C’était contre le règlement, totalement contre, mais si je ne le faisais pas, il partirait d’un autre côté, je n’étais pas ici pour raconter ma vie. Si ma volonté me disait de garder la distance entre lui et moi, je devais aussi réussir à l’amadouer afin de gagner sa confiance. J’étais tiraillée entre deux choses, mon devoir et l’envie de réussir dans la tâche qui m’était confiée. « Très bien…normalement, c’est contre toutes règles de parler de moi, puis qu’on est pas ici pour le faire, mais aujourd’hui et aujourd’hui seulement, je vais le faire. Et j’espère, Colin, que vous ferez la même chose la prochaine fois ou après ce que je vais vous dire » Je soupirais, détachant les boutons de ma veste cintrée pour me sentir plus à mon aise et mettre Colin à l’aise. « Je viens du Connecticut, je suis née là bas. J’ai grandit avec mon frère aîné de 3 ans de plus que moi. Puis, à la suite d’un décès, mes parents sont venus sur New York. Ils vivent dans le New Jersey, le commerce de mon père n’a jamais rapporté beaucoup d’argent et ce n’est pas le salaire de ma mère qui nous permettait de partir en vacances. Je suis donc issue d’une famille de prolétaires à la limite de la pauvreté, mais heureusement pour moi, je suis ici, j’ai payé mes études en bossant dans pleins d’endroits, j’ai eu une bourse et je compte bien me faire ma place dans cette société et ne manquer de rien. Mes parents sont toujours vivants et ils sont repartis pour le Connecticut il ya 2 ans. Quant à mon frère, il… » je marquais un temps d’arrêt, me raclant la gorge et me rasseyant, comme mal à l’aise. « Il est prison pour trafic de drogue depuis 2 ans, il devrait sortir pour bonne conduite d’ici un an, au mieux six mois…Ca vous convient comme ça, je suis assez humaine pour convenir à ce que vous désirez ?! »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 15:03

à faire plus tard


« Très bien…normalement, c’est contre toutes règles de parler de moi, puis qu’on est pas ici pour le faire, mais aujourd’hui et aujourd’hui seulement, je vais le faire. Et j’espère, Colin, que vous ferez la même chose la prochaine fois ou après ce que je vais vous dire » Lorsqu’elle retira sa veste, mon regard s’arrêta sur sa poitrine un instant avant de redresser le regard vers elle. Elle commença à me parler d’elle, d’où elle venait et je l’écoutais, observant ses gestuelles. Je devenais le psychologue. « Je viens du Connecticut, je suis née là bas. J’ai grandit avec mon frère aîné de 3 ans de plus que moi. Puis, à la suite d’un décès, mes parents sont venus sur New York. […] Mes parents sont toujours vivants et ils sont repartis pour le Connecticut il ya 2 ans. Quant à mon frère, il… » Elle sembla hésiter à continuer et je fronçais des sourcils, la voyant se réinstaller. « Il est prison pour trafic de drogue depuis 2 ans, il devrait sortir pour bonne conduite d’ici un an, au mieux six mois…Ca vous convient comme ça, je suis assez humaine pour convenir à ce que vous désirez ?! » Je levais les sourcils, surpris mais dans le bon sens. Un frère en taule, hein. J’allais me renseigner puisque j’avais encore pas mal de connaissance, à moins qu’il ne soit pas à la même que moi. Dans le cas contraire, j’allais devoir user de mes autres liaisons pour avoir quelques informations sur elle. « Je vois. Ca me va, j’aime pas parler d’moi à quelqu’un que j’connais pas. J’pourrais avoir ton prénom ? » Elle me le donna et j’eus un sourire. « Sam… Diminutif ? » Elle eut un hochement de la tête et je glissais une main sur mon menton pour caresser ma barbe. « J’supporte pas le changement, j’aime avoir ma p’tite vie bien organisée. J’ai pété un cable quand le doc’ m’a dit qu’elle allait partir à la retraite. J’aime pas parler d’moi et devoir tout redire à une autre, ça me brise les couilles. Mais j’vois que t’as un dossier sur moi, t’as eu ses notes non ?! » Je croisais son regard. « Donc, ça sert à rien que j’reprenne depuis le début. Ou alors, tu veux que j’le fasse pour apprendre ? Genre, j’suis pas un salopard et si ça peut t’aider pour tes études que j’parle, j’pourrais essayer. Mais j’te préviens, j’suis pas un tendre alors sursaute pas ou gueule pas quand j’frappe sur quelque chose. J’suis comme ça ! » Personne ne parvenait à me calmer, pas même Isolda même si elle était la seule à réussir légèrement. Je me penchais légèrement sur mon siège, attendant qu’elle réponde et j’enchaînais déjà sur un autre sujet. « Comment tu vas l’avoir ton diplôme ? »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 15:22



« Je vois. Ca me va, j’aime pas parler d’moi à quelqu’un que j’connais pas. J’pourrais avoir ton prénom ? » Oui, j’avais déjà compris ça dans les notes que j’avais lu sur lui, mais je n’imaginais pas qu’un changement, prévu depuis un bout de temps, l’aurais perturbé à ce point. « Sam » Il toucha sa barbe et je l’observais faire, il semblait plus disposé, plus calme. « J’supporte pas le changement, j’aime avoir ma p’tite vie bien organisée. J’ai pété un cable quand le doc’ m’a dit qu’elle allait partir à la retraite. J’aime pas parler d’moi et devoir tout redire à une autre, ça me brise les couilles. Mais j’vois que t’as un dossier sur moi, t’as eu ses notes non ?! […] Donc, ça sert à rien que j’reprenne depuis le début. Ou alors, tu veux que j’le fasse pour apprendre ? Genre, j’suis pas un salopard et si ça peut t’aider pour tes études que j’parle, j’pourrais essayer. Mais j’te préviens, j’suis pas un tendre alors sursaute pas ou gueule pas quand j’frappe sur quelque chose. J’suis comme ça ! » Je me penchais sur mon bureau, appuyant mes avant-bras dessus et souriant timidement. « En effet, je connais tout de vous. Du début de votre histoire à aujourd’hui, si je n’avais pas fait, je ne serais pas une bonne psy, seulement, je voulais aussi percevoir, par moi-même ce que vous aviez à dire. Me faire ma propre théorie, je pense que…nous n’avons pas tous le même point de vue et malgré que les psy doivent rester neutre, je sais pour l’avoir entendu que votre précédente thérapeute n’a pas saisi toute la complexité de votre mal être. Et pour mon diplôme, je dois écrire ma thèse et la présenter devant une commission de médecins, tous des psychiatres qui jugeront si oui ou non, je suis apte à ouvrir mon propre cabinet et à devenir l’une d’entre eux. Sinon, je resterais psychologue, chose que je suis actuellement. La différence est mince, mais présente, d’un côté, vous êtes reconnu comme un praticien simple et de l’autre on vous nomme docteur…allez savoir pourquoi, tout ça parce qu’un jury à décidé ou non de vous attribuer un titre… » Il sourit et je sentis que j’allais pouvoir l’amadoué. « Colin ? Pourquoi avez-vous besoin de faire ressortir vos émotions par la colère et les menaces ? Ne pensez vous pas que cela vous rapproche d’une certaine personne que vous détester plus que tout ? N’avez-vous pas envie d’être un autre ? Elle n’a jamais osé avec vous aborder le problème qui me semble être le problème de fond…votre père »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 15:33

à faire plus tard


« En effet, je connais tout de vous. Du début de votre histoire à aujourd’hui, si je n’avais pas fait, je ne serais pas une bonne psy, seulement, je voulais aussi percevoir, par moi-même ce que vous aviez à dire. Me faire ma propre théorie, je pense que…nous n’avons pas tous le même point de vue et malgré que les psy doivent rester neutre, je sais pour l’avoir entendu que votre précédente thérapeute n’a pas saisi toute la complexité de votre mal être. Et pour mon diplôme, je dois écrire ma thèse et la présenter devant une commission de médecins, tous des psychiatres qui jugeront si oui ou non, je suis apte à ouvrir mon propre cabinet et à devenir l’une d’entre eux. Sinon, je resterais psychologue, chose que je suis actuellement. La différence est mince, mais présente, d’un côté, vous êtes reconnu comme un praticien simple et de l’autre on vous nomme docteur…allez savoir pourquoi, tout ça parce qu’un jury à décidé ou non de vous attribuer un titre… » J’eus un sourire. Elle me plaisait. Sa jeunesse certainement comparée à la vieille peau que j’avais avant, mais outre ça, j’aimais sa façon de parler et de dire les choses. « Colin ? Pourquoi avez-vous besoin de faire ressortir vos émotions par la colère et les menaces ? Ne pensez vous pas que cela vous rapproche d’une certaine personne que vous détester plus que tout ? N’avez-vous pas envie d’être un autre ? Elle n’a jamais osé avec vous aborder le problème qui me semble être le problème de fond…votre père » Connasse ! Je m’en doutais que ce sujet allait être un jour abordé, je ne pensais pas que ça serait dès la première entrevue. Mes mâchoires se contractèrent et je détournais le regard. J’ai passé un bout de temps de taule, et si tu menaces pas ou que tu gueules pas, tu te fais écraser comme une merde. Faut toujours montrer que t’es le plus fort et que t’es limite inébranlable sinon, ils n’hésiteront pas à venir t’enculer. » Je croisais son regard, me penchant en avant. « Ton frère, quand il va sortir de là-bas, tu verras qu’il sera plus pareil. Sauf si c’est lui qui se faisait enculer par les autres. Y’a toujours les forts et les faibles ! » Je croisais les bras, avant de sortir une clope de mon paquet, la glissant entre mes doigts sans l’allumer. « J’ai déjà parler de mon paternel, j’ai rien de plus à dire que ce qu’il a déjà été dit. La psy a bien compris que c’était un sujet que je ne veux pas aborder et toi aussi, tu vas vite le comprendre. » Je fronçais des sourcils, continuant de jouer avec ma cigarette. Elle parla et je soupirais, passant une main dans mes cheveux longs et emmêlés. « J’suis pas comme mon père, lui c’était un connard de première. Un petit salop parfait d’apparence alors qu’au fond, c’était un être abominable. Vous l’connaissez, j’suis certain que son cas est étudié en psychologie, dans vos cours ! » C'est vrai. Vu le cas de folie que c'était, il était étudier.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 15:50



Je savais pertinament qu’en parlant de ça, j’allais avoir des soucis, mais…je voulais surtout voir à quel point ce problème le touchait. « J’ai passé un bout de temps en taule, et si tu menaces pas ou que tu gueules pas, tu te fais écraser comme une merde. Faut toujours montrer que t’es le plus fort et que t’es limite inébranlable sinon, ils n’hésiteront pas à venir t’enculer. » Il s’approcha et je croisais son regard clair mais menaçant volontairement. Je ne devais pas lui faire le plaisir d’avoir peur. « Ton frère, quand il va sortir de là-bas, tu verras qu’il sera plus pareil. Sauf si c’est lui qui se faisait enculer par les autres. Y’a toujours les forts et les faibles ! […] J’ai déjà parler de mon paternel, j’ai rien de plus à dire que ce qu’il a déjà été dit. La psy a bien compris que c’était un sujet que je ne veux pas aborder et toi aussi, tu vas vite le comprendre. » Voilà encore une menace, j’allais devoir compter le nombre de fois où cela aurait lieu. « Comprendre qu’elle ne voulait pas aller dans le centre du cyclone, oui, je l’ai compris. Mais si vous voulez vraiment calmer la bête en vous, il faudrait bien un jour exorciser ce démon que vous trainer depuis des années, Colin » « J’suis pas comme mon père, lui c’était un connard de première. Un petit salop parfait d’apparence alors qu’au fond, c’était un être abominable. Vous l’connaissez, j’suis certain que son cas est étudié en psychologie, dans vos cours ! » Je retirais ma veste complètement, passant ma langue sur mes lèvres avant de poursuivre. « Allumez votre cigarette, si cela vous permet de décompresser, je vous y autorise » il sourit mais pas de manière très aimable. Ce qui ne m’empêcha pas de continuer « Je n’ai jamais dit que vous étiez comme votre père, j’ai simplement mentionné le fait que votre colère et vos…excès de violence pouvait venir d’un problème qu’il a déclenché en vous. Mais, je suis intéressée par le fait que vous vous compariez à lui. Est-ce que c’est ça que vous pensez de vous, Colin ? Vous avez l’impression au fond de vous de lui ressembler et c’est pour cela que vous ne vous aimez pas ? » Sa mâchoire se serra davantage et je pris les devants pour ne subir un nouvelle accès de colère. Je fis le tour de mon bureau et je me plaçais devant lui, appuyée sur la table, comme au début de séance. « Je sais ce que c’est de porter le poids d’une chose qu’il nous ait difficile de sortir de nous. Je peux vous comprendre si vous me faites confiance et je peux vous aider, j’en suis certaine dans la voie que vous aurez choisie et pas celle que votre père vous a forcer à prendre, Colin. Je le sais parce que moi aussi, je suis passée par là, j’ai été à votre place pendant des années et maintenant, regarder moi, je suis là, devant vous et je me sens bien…N’avez-vous pas envie de vous sentir bien, écouter et compris. Et pas avoir la peur au ventre parce que on ne vous reconnait comme le fils de… »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 16:07

à faire plus tard


« Allumez votre cigarette, si cela vous permet de décompresser, je vous y autorise » Mes lèvres s’étirèrent. Si elle pensait que j’avais besoin d’une autorisation pour faire ce que je voulais. « Je n’ai jamais dit que vous étiez comme votre père, j’ai simplement mentionné le fait que votre colère et vos…excès de violence pouvait venir d’un problème qu’il a déclenché en vous. Mais, je suis intéressée par le fait que vous vous compariez à lui. Est-ce que c’est ça que vous pensez de vous, Colin ? Vous avez l’impression au fond de vous de lui ressembler et c’est pour cela que vous ne vous aimez pas ? » Elle n’avait pas peur la bougresse, d’oser continuer sur un sujet que je venais clairement de dire comme interdit. Ça, ça me plaisait. Certes, quand on ne faisait pas ce que je voulais, je pétais un câble mais le fait de voir quelqu’un oser alors que je menaçais, putain c’était bon. Surtout que c’était une gamine. Elle contourna son bureau pour s’asseoir sur le rebord, non loin de moi et je me tournais légèrement vers elle, continuant de jouer avec ma cigarette qui roulait entre mes doigts avec agilité. « Je sais ce que c’est de porter le poids d’une chose qu’il nous ait difficile de sortir de nous. Je peux vous comprendre si vous me faites confiance et je peux vous aider, j’en suis certaine dans la voie que vous aurez choisie et pas celle que votre père vous a forcer à prendre, Colin. Je le sais parce que moi aussi, je suis passée par là, j’ai été à votre place pendant des années et maintenant, regarder moi, je suis là, devant vous et je me sens bien…N’avez-vous pas envie de vous sentir bien, écouter et compris. Et pas avoir la peur au ventre parce que on ne vous reconnait comme le fils de… » « Ah ouais ? Ton père a été un tueur en série recherché et tellement immonde que même les gens dans la rue te massacrait la tronche parce que t’étais le fils de cette abomination ? » Elle baissa le regard et je me levais, allant jusqu’à la fenêtre, lieu où j’étais souvent. J’ouvrais celle-ci, allumant ma cigarette pour tirer longuement dessus sans un mot. « Si j’me suis barré de l’Irlande avec ma mère, c’est pour que plus jamais, cet enculé de fils de pute n’ait plus aucun contrôle sur ma vie. J’suis p’t’être issus de son sperme, mais j’suis en rien son gamin. » Je me tournais vers elle, le regard sombre et menaçant. Je faisais peur, quand je voulais. Mais c’est parce que j’étais réellement dangereux. « J’ai ses gènes dans mon putain de sang, j’suis forcément comme lui. Et même si j’fais tout pour pas lui ressembler, ça ne m’empêche pas d’casser la gueule à ceux qui le mérite et de buter ceux qui doivent crever. J’tue pas par plaisir, j’l’ai fait qu’une fois et j’ai jamais regretté que cette ordure hurle sa mère. » Ouais, c’était surprenant ça ma jolie, parce que c’était pas dans mon dossier. Normal, la vieille n’avait jamais abordé ce sujet par crainte que j’lui éclate la tronche. Je m’approchais d’elle, posant mes deux poings de chaque côté de ses cuisses. « J’te fais peur ? Là, quand j’suis devant toi comme ça, nos deux bouches pas si lointaines qu’il le faudrait. Ça te fait peur non ? » Elle eut un hochement de tête et je m’écartais, les sourcils arqués. « Sérieux ? T’as pas froid aux yeux ma belle ! » J’eus un sourire, passant ma main sur mon nez dans un geste peu élégant. « J’suis comme ça, et c’est pas vos analyses qui vont changer quoi que ce soit.Et ça vient pas d’mon père, c’est moi-même qui ait décidé d’être comme ça, okay ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 22:12



« Ah ouais ? Ton père a été un tueur en série recherché et tellement immonde que même les gens dans la rue te massacrait la tronche parce que t’étais le fils de cette abomination ? […] J’tue pas par plaisir, j’l’ai fait qu’une fois et j’ai jamais regretté que cette ordure hurle sa mère. » Il avait quoi ? Mon visage se tourna vers lui au moment où il avait prononcé les mots « j’tue pas par plaisir » Je l’observais, son profil près de la fenêtre, il n’avait rien d’un tueur lorsque j’avais écouté les entretiens, bien sûr tous n’étaient pas enregistrés et heureusement. Je n’étais pas une flic, encore moi un pasteur qui n’avait pas le droit de révéler la vérité sur certains patients et là, il me donnait une information que je serais obligée si on me le demandait de donner aux flics. Bien sûr, je n’allais ni l’enregistrer, et surtout pas le noter dans mes notes officielles. Il s’approcha de moi et je ne quittais pas ses billes vertes. « J’te fais peur ? Là, quand j’suis devant toi comme ça, nos deux bouches pas si lointaines qu’il le faudrait. Ça te fait peur non ? » Non, pas vraiment. Même si je le trouvais un peu trop impulsif et imprévisible, je n’en avais pas peur. Il ne se risquerait pas à me faire mal à moi. Je dodelinais de la tête pour seule réponse et il s’écarta de nouveau, me laissant plus d’espace personnel. « Sérieux ? T’as pas froid aux yeux ma belle […] J’suis comme ça, et c’est pas vos analyses qui vont changer quoi que ce soit. Et ça vient pas d’mon père, c’est moi-même qui ai décidé d’être comme ça, okay ! » J’allais répondre lorsque la sonnerie de mon portable retentit, il était déjà l’heure de fin de séance. « Je crois qu’on a fini pour aujourd’hui, mais…si cela ne vous gêne pas, on pourrait peut être se voir toutes les semaines ou plusieurs fois si vous avez besoin, je crois que…enfin que vous n’êtes celui que vous pensez être. Vous avez bien trop de contradictions pour que vous vous en rendiez compte…Est-ce que jeudi prochain, ça vous irait et si vous avez une chose importante à dire, quelque chose, vous passez et…je vous écouterais…ok ? » La mise en confiance, il fallait bien cela, une relation particulière faire sentir au patient qu’il est unique et important pour sa thérapeute. J’avais bien appris mes leçons, mais Colin m’ouvrirait aussi sans le nommé bien sûr les portes de mon doctorat.


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 22:27

à faire plus tard


« Je crois qu’on a fini pour aujourd’hui, mais…si cela ne vous gêne pas, on pourrait peut être se voir toutes les semaines ou plusieurs fois si vous avez besoin, je crois que…enfin que vous n’êtes celui que vous pensez être. Vous avez bien trop de contradictions pour que vous vous en rendiez compte…Est-ce que jeudi prochain, ça vous irait et si vous avez une chose importante à dire, quelque chose, vous passez et…je vous écouterais…ok ? » Je levais un sourcil, le même baratin que ma première psy m’avait sorti quand j’avais eu ma première séance avec elle. Je passais une main dans mes cheveux long, me dirigeant déjà vers la porte et sans un regard vers elle, j’ajoutais froidement : « A jeudi Doc’ ! » J’ouvrais la porte et la refermais derrière moi, sous le regard sévère de la secrétaire. « Sois gentil avec elle, c’est une nouvelle. » « Et alors, faut bien qu’elle apprenne non ?! » J’eus un sourire, un signe de main avant de sortir de cet endroit pour retourner jusqu’à mon appartement. Une petite bière et la silhouette fine d’Isolda contre moi. Elle ne posa aucune question, ce que j’aimais chez elle. La semaine passa, j’avais pas mal de boulot sur un chantier que je supervisais. Mes ouvriers avaient la vie belle avec moi, même si je savais me montrer redoutable lorsqu’il le fallait. J’étais leur boss, pas un pote. Jeudi suivant, je me pointais au cabinet en avance cette fois-ci. Je croisais le regard de la secrétaire, posant mon coude sur le comptoir. « Elle est là la Doc’ ou j’vais devoir poiroter encore ?! » Elle affirma que le Docteur Kane était dans son bureau avec un autre patient. Je soupirais, prenant place dans la salle d’attente. J’attendais quinze minutes avant que la porte ne s’ouvre sur un jeune pisseux que j’avais déjà coincé dans une ruelle. Lorsqu’il me vit, il trempa son froque. Autrement dit, il quitta précipitamment la pièce avec un « J’ai rien fait ! » Je cachais un rire, rentrant dans la pièce après la demande du psy. Je pris place dans le fauteuil, croisant une jambe et lorsqu’elle s’installa, je montrais l’enregistreur. « Je doute que vous voulez enregistrer cette séance. J’aimerais vous parlez de quelqu’un que vous connaissez plutôt bien. Votre frangin en taule. J’me suis renseigné, vous savez, j’ai des contacts là-bas encore… Il parait que votre frère est celui qui se fait enculer… » Je levais un sourcil, croisant son regard. « Il en a pour combien encore vous avez dit ? Vous allez le voir souvent ? Vous savez, en taule, c’est Konrad qui fait la loi. Un gros mec qu’il vaut mieux avoir comme pote. Et apparemment, votre frère c’est pas son pote…»  


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Mer 22 Jan - 22:48



« A jeudi Doc’ ! » Je soupirais, comme soulagée qu’il soit sorti de mon bureau. J’ouvrais les fenêtres pour faire entrer l’air frais et attendre le prochain patient qui n’arriverait que dans une heure. A la fin de ma journée, je retournais dans mon petit appart’, petit était un bon qualificatif, disons que 20 mètres carré entre une salle de bain, un kitchenette et un salon, c’était assez condensé, mais fonctionnel. Je laissais mes affaires sur un siège, jetant mes chaussures à travers la pièce et m’écroulant sur le divan en accueillant mon chat, Silvestre sur moi. « Journée pas sympa et toi ? » Je lui caressais la tête, attrapant la télécommande pour mettre un peu de fond sonore. Après une bonne douche, je me fis réchauffer une assiette et je m’installais sur mon canapé lit, les jambes en tailleur dans mon mini short en coton et mon marcel turquoise. Une coiffure tu l’amour, comme disait mon frère et mes petites lunettes, je griffonnais mes impressions sur les patients que j’avais eu aujourd’hui, histoire de ne rien oublier si je ne l’écrivais plus tard. Ma semaine passa rapidement et j’eus même l’occasion de faire une soirée entre copains, rentrant complètement bourrée et chutant du taxi tellement le monde tanguait autour de moi. Jeudi arriva assez vite, je ne savais pas encore, si j’allais redouter ce jour, ou l’attendre comme les autres jours où je travaillais. Sans que je le fasse entrer Colin se plaça devant moi et je décroisais les jambes, appuyant mes avants bras sur le bureau. « Je doute que vous voulez enregistrer cette séance. J’aimerais vous parlez de quelqu’un que vous connaissez plutôt bien. Votre frangin en taule. J’me suis renseigné, vous savez, j’ai des contacts là-bas encore… Il parait que votre frère est celui qui se fait enculer… » C’était quoi ça, de quoi, il se mêlait, ce…ce…merde, quoi, pourquoi, il faisait, c’était une menace un moyen de pression. « Il en a pour combien encore vous avez dit ? Vous allez le voir souvent ? Vous savez, en taule, c’est Konrad qui fait la loi. Un gros mec qu’il vaut mieux avoir comme pote. Et apparemment, votre frère c’est pas son pote…» Mes sourcils se fronçaient, je savais ce qu’endurait mon frère, j’allais le voir deux fois par semaine et je le retrouvais souvent le visage tuméfié et les larmes aux yeux et pourtant, ce n’était pas un tendre dans la vie normale. Je touchais le bouton stop de l’enregistreur, le regard aussi mauvais que je le pouvais. « Je ne sais pas à quel jeu vous voulez jouer, Colin, mais pourquoi, vous vous êtes renseigné sur mon frère ? C’est ma vie privée ! Vous n’avez pas à faire ça et oui, je suis au courant, c’est pour ça que j’ai fait une lettre au juge pour qu’il revoit la mise en liberté de mon frère dans les 6 prochains mois, plutôt que dans un an. Qu’est ce que vous voulez, Colin ? Me montrer que c’est vous qui pouvez m’aider et pas le contraire ? Je ne comprends pas bien votre petit manège, mais je n’aime pas qu’on se mêle de ma vie et surtout de cette manière là.» Il serra les mâchoires et je baissais le regard à mon tour, posant mes mains sur mon visage avant de soupirer pour reprendre une attitude plus professionnelle. « Je suis navrée, je pense que vos intentions devaient être bonnes, je m’excuse, c’est juste que…mon frère est la seule chose de bien que j’ai dans ma vie et le savoir aussi mal à cause d’une connerie…vous avez une amie à qui vous tenez beaucoup, alors vous devez comprendre que lorsqu’on fait du mal à une personne que vous aimez…ça vous fait mal aussi…Vous sauriez…comment faire que mon frère soit ami avec ce…Konrad ? »



La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 12:27

à faire plus tard


« Je ne sais pas à quel jeu vous voulez jouer, Colin, mais pourquoi, vous vous êtes renseigné sur mon frère ? C’est ma vie privée ! Vous n’avez pas à faire ça et oui, je suis au courant, c’est pour ça que j’ai fait une lettre au juge pour qu’il revoit la mise en liberté de mon frère dans les 6 prochains mois, plutôt que dans un an. Qu’est ce que vous voulez, Colin ? Me montrer que c’est vous qui pouvez m’aider et pas le contraire ? Je ne comprends pas bien votre petit manège, mais je n’aime pas qu’on se mêle de ma vie et surtout de cette manière là.» Mes mâchoires se contractèrent. Je n’aimais pas le ton qu’elle employait sur moi, je n’étais plus un gamin sur qui on gueulait ou qu’on faisait la morale. Surtout que je ne l’avais pas fait dans le but d’avoir un contrôle sur elle. Simplement par curiosité, de savoir comment était son frère en taule et si je l’avais connu. Des petites frappes qui font du trafic, j’en connais pas mal et au final, je le connaissais bien son frangin. Je l’avais déjà sorti d’une tuile une fois et apparemment, ma mise en garde n’avait pas suffi puisqu’il était en taule depuis un bail. Voilà pourquoi je ne le revoyais plus dans le secteur. Elle eut un soupire avant de reprendre la parole. J’étais bras croisés et regard assassin. « Je suis navrée, je pense que vos intentions devaient être bonnes, je m’excuse, c’est juste que…mon frère est la seule chose de bien que j’ai dans ma vie et le savoir aussi mal à cause d’une connerie…vous avez une amie à qui vous tenez beaucoup, alors vous devez comprendre que lorsqu’on fait du mal à une personne que vous aimez…ça vous fait mal aussi…Vous sauriez…comment faire que mon frère soit ami avec ce…Konrad ? » Je levais un sourcil. On aboie, on mord presque pour au final se coucher sur le dos ?! Je fronçais des yeux, n’aimant pas qu’on parle d’Isolda. Mais je comprenais ce qu’elle voulait dire. Passant une main dans mes cheveux longs, je me penchais en avant, coude sur le bureau. « Konrad, il donne une chance qu’une seule fois. Crois-moi, si ton frère n’est pas son pote, il le deviendra jamais. » Je me replaçais au fond de mon siège, voyant son regard s’assombrir. Je lâchais un soupir, sortant une cigarette que je portais à ma bouche pour l’allumer. « C’pas pour m’vanter mais le seul que ce Konrad craignait en taule, c’était moi. Tu sais, j’fais pas son poids ni même sa taille. Mais j’pouvais le foutre au sol d’un seul coup. » J’étirais un sourire, caressant mes phalanges du souvenir où son sang avait recouvert ma main. « J’ai encore pas mal de connaissance dans les cellules, que Konrad n’ira pas chercher sinon, il sait que j’peux facilement berner mon monde pour qu’il soit retrouvé pendu dans sa cellule. » Elle leva le visage vers moi et je reniflais bruyamment. « J’pourrais p’t’être glisser quelques mots à son intention. Mais, ça sera la deuxième fois que j’le sors d’une merde ! Faut pas qu'il en prenne l'habitude! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 12:39



« Konrad, il donne une chance qu’une seule fois. Crois-moi, si ton frère n’est pas son pote, il le deviendra jamais. » Je grimaçais doucement, merde. Il m’offrait une porte de sortie pour mon frère, avant de me claquer la porte au nez, sympa. « C’pas pour m’vanter mais le seul que ce Konrad craignait en taule, c’était moi. Tu sais, j’fais pas son poids ni même sa taille. Mais j’pouvais le foutre au sol d’un seul coup. […] J’ai encore pas mal de connaissance dans les cellules, que Konrad n’ira pas chercher sinon, il sait que j’peux facilement berner mon monde pour qu’il soit retrouvé pendu dans sa cellule. » Me redonnait il un espoir, même mince de faire quelque chose pour mon frangin. Zac’ était mon soutien et s’il était en prison et dans la drogue, j’y étais pour quelque chose, alors je me sentais responsable de lui et j’étais malheureuse de le savoir battu en prison. « J’pourrais p’t’être glisser quelques mots à son intention. Mais, ça sera la deuxième fois que j’le sors d’une merde ! Faut pas qu'il en prenne l'habitude! » J’esquissais un sourire avant de lui répondre. « Merci…ce serait gentil de votre part, au moins d’essayer d’alléger le temps qu’il lui reste. Ce n’est pas un mauvais garçon et ce qu’il a fait, il ne l’a jamais fait pour rien. Il ne mérite pas ce qu’il lui est arrivé… » Il tira sur sa cigarette, se levant pour ouvrir la fenêtre et je le suivis du regard avant de me lever pour croiser les bras devant lui, observant sa bouche se poser sur la tige de nicotine. « Sinon, je pense qu’on est là pour parler de vous, avez-vous…pensez à notre dernière entrevue, avez-vous eu des interrogations, des réflexions dont vous voudriez me faire part, en dehors de chercher des informations sur moi, Colin ? » Il sourit et je le trouvais presque charmant, bon sens fallait il que je sois maso pour trouver charmant un type mal rasé, colérique et à souhait et dangereux. Il fallait d’urgence que je me trouve un gentil garçon pour remédier à ses envies passagères potentiellement nuisibles pour moi.


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 13:02



« Merci…ce serait gentil de votre part, au moins d’essayer d’alléger le temps qu’il lui reste. Ce n’est pas un mauvais garçon et ce qu’il a fait, il ne l’a jamais fait pour rien. Il ne mérite pas ce qu’il lui est arrivé… » J’eus un sourire en tirant sur ma tige de nicotine. C’est ce qu’on disait tous. Que ce n’était pas son genre, que ça ne lui ressemblait pas, ect… J’avais eu l’occasion de lui parler à ce gamin et il m’avait fait bonne impression, aussi je ne me permis aucune remarque pour qu’elle remonte sur ses grands chevaux. « Sinon, je pense qu’on est là pour parler de vous, avez-vous…pensez à notre dernière entrevue, avez-vous eu des interrogations, des réflexions dont vous voudriez me faire part, en dehors de chercher des informations sur moi, Colin ? » J’eus un sourire, passant une main dans mes cheveux avant terminer ma cigarette, l’écrasant dans ma paume avant de jeter le mégot par la fenêtre. « Ouais… J’pense que vous avez raison sur mon paternel. J’veux pas lui ressembler mais au final, j’me comporte comme un couillon qui finira par devenir lui sous la folie. Tu vois, j’ai tellement de putain de colère en moi, qu’il faut qu’ça sorte et le meilleur moyen pour moi, c’est d’cogner sur quelqu’un. J’aurais pu faire un joueur de boxe excellent, un peu comme ce film là avec la gonzesse. Bref… » J’étirais un sourire, reprenant place dans le fauteuil et me retenant de mettre mes pieds sur le bureau. « Seulement, j’sais pas trop comment m’comporter sinon, agresser les autres. Sinon, on va m’atteindre encore et ça, j’supporte pas d’être faible face aux remarques ! » Je croisais son regard, essuyant ma main avec la brûlure sur mon jean. « Ma mère, elle a tellement souffert de tout ça, elle en est morte tu vois. Et ça, j’ai une putain de colère aussi parce que c’est d’leur faute. Putain s’ils avaient fermés leur putain de gueule, elle serait encore là ! » Je serrais les poings, tournant le regard vers les cadres affichés au mur. « Elle savait pas comment il était quand elle s’est mariée, encore moins quand j’ai débarqué dans leur vie. Ce connard cachait bien son jeu et putain, rien que de penser qu’il m’avait promis de m’enseigner son secret le plus profond, j’ai envie de gerber. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 20:35



Son geste que j’avais pris au départ pour une première se répéta. Il écrasait toujours sa cigarette ainsi ? Ne ressentait-il pas la douleur, ou le faisait-il pour une automutilation. Je devrais sans doute creuser la question sans vraiment le faire, j’avais déjà été assez directe avec lui, je ne pouvais pas le faire sortir de lui-même à chacun de nos rendez-vous. « Ouais… J’pense que vous avez raison sur mon paternel. J’veux pas lui ressembler mais au final, j’me comporte comme un couillon qui finira par devenir lui sous la folie. Tu vois, j’ai tellement de putain de colère en moi, qu’il faut qu’ça sorte et le meilleur moyen pour moi, c’est d’cogner sur quelqu’un. J’aurais pu faire un joueur de boxe excellent, un peu comme ce film là avec la gonzesse. Bref… » Boxeur, un bon moyen de faire sortir sa colère en effet, s’il y avait pensé pourquoi ne l’avait il pas mit en pratique. Je le suis du regard avant de reprendre ma place devant lui. Je le laisse parler, je ne dirais rien tant que je n’en sentirais pas l’utilité. « Seulement, j’sais pas trop comment m’comporter sinon, agresser les autres. Sinon, on va m’atteindre encore et ça, j’supporte pas d’être faible face aux remarques ! […] Ma mère, elle a tellement souffert de tout ça, elle en est morte tu vois. Elle savait pas comment il était quand elle s’est mariée, encore moins quand j’ai débarqué dans leur vie. Ce connard cachait bien son jeu et putain, rien que de penser qu’il m’avait promis de m’enseigner son secret le plus profond, j’ai envie de gerber. » Je saisis mon crayon sur la table, jouant avec en me laissant partir dans mes pensées le concernant, tentant de trouver une porte à tout ce qu’il m’avait avoué. « Donc…vous me dites que tous les gens sont mauvais, donc vous les agressez avant qu’eux ne le fassent et vous en voulez à ces personnes que vous ne connaissez pas parce qu’ils auraient pu, tout comme certains qui l’ont fait, faire du mal à votre mère si elle était encore en vie et vous blessez vous aussi…Colin…aimez-vous écrire ? Peut-être qu’écrire vous aiderait à faire sortir vos pensées les plus troubles et en relisant vos écrits vous permettrait, peut-être, ce n’est qu’une supposition et un chemin que je voudrais tenter à vous autoanalyser. Lorsqu’on prend du recul sur les choses, on arrive souvent à voir ce qu’on ne voyait pas lorsque nos sentiments sont trop présent » Il roula des yeux et je compris qu’il n’était pas très réceptif à ce genre de chose. « Très bien, avez-vous une meilleure idée. Parce que je me dis que si vous êtes là, que vous revenez, ce n’est pas juste pour avoir votre coup de tampon et bien vous faire voir par le juge, je me dis que c’est parce que vous savez que parler vous fait du bien et je veux vous aider. Vous n’êtes pas votre père, Colin. Parce que si vous étiez lui, vous ne ressentiriez pas le besoin de vous protéger des autres, vous voudriez les détruire et ce n’est pas le cas, malgré…cette personne que vous dites avoir tuée. Je garderais la confidentialité de vos paroles et l’enregistreur ne fonctionne pas, ce sera donc ma parole contre la vôtre, mais…qui était cette personne ? » Je m’avançais sur mon bureau, comme si j’étais impatiente de savoir ce qu’il allait me dire.


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 20:48



« Donc…vous me dites que tous les gens sont mauvais, donc vous les agressez avant qu’eux ne le fassent et vous en voulez à ces personnes que vous ne connaissez pas parce qu’ils auraient pu, tout comme certains qui l’ont fait, faire du mal à votre mère si elle était encore en vie et vous blessez vous aussi…Colin…aimez-vous écrire ? Peut-être qu’écrire vous aiderait à faire sortir vos pensées les plus troubles et en relisant vos écrits vous permettrait, peut-être, ce n’est qu’une supposition et un chemin que je voudrais tenter à vous autoanalyser. Lorsqu’on prend du recul sur les choses, on arrive souvent à voir ce qu’on ne voyait pas lorsque nos sentiments sont trop présent » Je levais les yeux au ciel. Moi écrire, sérieusement ? Je n’étais pas du genre à rester planter derrière un bureau pendant longtemps, j’avais besoin de bouger, constamment. « Très bien, avez-vous une meilleure idée. Parce que je me dis que si vous êtes là, que vous revenez, ce n’est pas juste pour avoir votre coup de tampon et bien vous faire voir par le juge, je me dis que c’est parce que vous savez que parler vous fait du bien et je veux vous aider. Vous n’êtes pas votre père, Colin. Parce que si vous étiez lui, vous ne ressentiriez pas le besoin de vous protéger des autres, vous voudriez les détruire et ce n’est pas le cas, malgré…cette personne que vous dites avoir tuée. Je garderais la confidentialité de vos paroles et l’enregistreur ne fonctionne pas, ce sera donc ma parole contre la vôtre, mais…qui était cette personne ? » Je grimaçais. Elle soulevait un point important. Certes, j’étais surtout là parce que la moindre absence risquerait de me nuire, mais surtout qu’au final, j’avais senti un soulagement en parlant des douleurs internes que je pouvais ressentir. A l’instar de mon corps qui ne ressentait pas la douleur, pas même les brûlures de cigarette que je me faisais parfois, mon cœur, mon estomac et mes tripes eux, n’étaient pas insensibles aux tourments. Je passais une main sur mes cheveux, me grattant le crâne en réfléchissant. Elle voulait savoir qui était le mec que j’avais buté. Elle avait bonne mémoire la bougresse, mais en même temps, c’était logique pour une psychologue. Je levais le regard vers elle, glissant mon index et mon pousse autour de ma bouche en caressant les poils de ma barbe. « Ouais… C’est vrai, je l’avoue. Même si la vieille n’était pas ma tasse de thé, parce que faut l’avouer, elle était moche… Mais j’aimais bien venir parler, m’énerver et péter des plombs. Ça m’a évité bon nombre de mec à encastrer dans un mur. » J’eus un sourire, pliant une jambe sur mon genoux. « Pour l’autre connard, j’ai fais ma justice moi-même. Ce connard, il a violé Isolda. La prunelle de mes yeux. Et il a hérité de dix ans de taule, sauf qu’avec cette justice de merde, il est ressorti avant. Crois-moi qu’il n’a pas eu le temps de s’habituer à sa liberté conditionnelle. » J’eus un sourire mauvais, repensant à ses cris et supplications. « J’me suis sali les mains, mais je pouvais pas supporter d’le savoir à l’extérieur quand Isolda elle, n’était pas totalement remise de cette histoire. Non… » Je me mordais la lèvre, serrant le poing comme une menace avant de retirer ma veste en cuir pour rester en tee-shirt devant elle. « Tu penses que j’aurais dû le laisser vivre et violer d’autres gamines ? Parce que j’peux te le dire, quand je l’ai retrouvé ce connard, il était dans une boîte de nuit à frotter sa queue contre un cul de minette. Il aurait recommencé ! »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 21:03



« Ouais… C’est vrai, je l’avoue. Même si la vieille n’était pas ma tasse de thé, parce que faut l’avouer, elle était moche… Mais j’aimais bien venir parler, m’énerver et péter des plombs. Ça m’a évité bon nombre de mec à encastrer dans un mur. » Donc venir n’était pas qu’une obligation, je pouvais donc me tenter à prolonger certaines choses afin de gratter en lui et découvrir ce qui le rongeait tout au fond, bien profondément. Un de mes professeurs m’avait dit un jour, mieux vaut faire une thérapie lorsqu’on à 15 ans plutôt que 60, parce que ta vie à 60 ans, elle est derrière toi. Colin n’avait que 27 ans, il pouvait encore devenir quelqu’un d’autre. Je reportais mon attention sur lui, attentive au moindre de ses gestes. « Pour l’autre connard, j’ai fait ma justice moi-même. Ce connard, il a violé Isolda […] » Je me sens comme poignardée, je n’aime pas ce genre d’histoire qui m’en rappelle une autre bien trop proche encore, mais si lointaine à la fois. Je hais les hommes qui se croient tout permis parce que les femmes sont là pour ça ! « La prunelle de mes yeux. Et il a hérité de dix ans de taule, sauf qu’avec cette justice de merde, il est ressorti avant. Crois-moi qu’il n’a pas eu le temps de s’habituer à sa liberté conditionnelle. […] pense que j’aurais dû le laisser vivre et violer d’autres gamines ? Parce que j’peux te le dire, quand je l’ai retrouvé ce connard, il était dans une boîte de nuit à frotter sa queue contre un cul de minette. Il aurait recommencé ! » Je baissais les yeux, me reculant sur mon fauteuil et évitant son regard, je devais me reprendre. Je n’avais pas été confrontée à ce genre de mots à ce genre de situation, mais c’était précisément pour ces raisons que j’étais là, et pas à la place de Colin. « Faire… » Je me coupais ma voix trahissant beaucoup trop mon émotion. « Pardon, j’ai la gorge sèche, je vais prendre un café, vous en voulez un ? » Je me levais sans attendre sa réponse pour prendre une tasse et mettre en marche la cafetière à capsules qui se trouvait sur une table près de moi. « Je disais donc, faire sa propre justice n’est pas une bonne chose. Même si, il est vrai que certains mériteraient une punition plus grande que ce que la justice leur octroie, mais…Votre amie, Isolda a été reconnue comme victime et c’est déjà une excellente chose. Après pensez-vous que la mort de cet homme est pu la soulager dans sa vie ? J’ai quelques doutes… » Je me servis un café, lui tendant le sien. Ma main se mit à trembler et je posais bien vite la tasse pour ne pas qu’il regarde vers l’origine du bruit. « Vous avez tué pour protéger une femme, pas pour le plaisir comme votre père, Colin, même si, c’était un geste que peu de gens auraient été capables de faire, parce qu’il met en jeu beaucoup trop de choses…je ne vous jugerais pas sur cela…Je pense qu’on va pouvoir mettre fin à la séance, cela ne fait pas une heure, mais je ne vois pas ce que je pourrais vous faire dire de plus aujourd’hui… »


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 21:15



« Faire… » Sa voix de coupa et je fronçais des sourcils. « Pardon, j’ai la gorge sèche, je vais prendre un café, vous en voulez un ? » Je répondis d’une voix grave que j’en prendrais bien un et l’observais s’agiter devant sa cafetière. Elle semblait mal à l’aise, j’étais un bon observateur et elle n’avait encore jamais eu ce comportement, pourtant, si je lui racontais les détails des meurtres de mon père, elle serait encore plus blanche. Est-ce qu’elle n’avait jamais été confrontée au viol ? Pourtant, c’était courant et certainement un sujet d’étude. « Je disais donc, faire sa propre justice n’est pas une bonne chose. Même si, il est vrai que certains mériteraient une punition plus grande que ce que la justice leur octroie, mais…Votre amie, Isolda a été reconnue comme victime et c’est déjà une excellente chose. Après pensez-vous que la mort de cet homme est pu la soulager dans sa vie ? J’ai quelques doutes… » Elle me donna mon café alors que sa main tremblait. Bordel, elle allait pas me faire une crise cardiaque là quand même, parce que je n’étais pas certain de pouvoir gérer. « Vous avez tué pour protéger une femme, pas pour le plaisir comme votre père, Colin, même si, c’était un geste que peu de gens auraient été capables de faire, parce qu’il met en jeu beaucoup trop de choses…je ne vous jugerais pas sur cela…Je pense qu’on va pouvoir mettre fin à la séance, cela ne fait pas une heure, mais je ne vois pas ce que je pourrais vous faire dire de plus aujourd’hui… » Je bus d’une seule gorgée le liquide brûlant dont je ne ressentis pas la douleur dans ma gorge. J’étais comme anesthésié par la souffrance physique depuis tout gamin. Je pris appuis sur son bureau, croisant les bras. « Si je payais, j’aurais fait un scandale que d’arrêter vingt minutes avant la fin. Mais si ça continue comme ça, j’vais bien t’aimer ! » J’étirais un sourire, beaucoup plus franc et doux que les précédents. « Quand j’ai tué cet ordure et qu’Isolda m’a retrouvé avec le tee-shirt en sang, elle m’a engueulé et elle m’a détesté de l’avoir fait. Parce qu’il ne méritait pas de salir mes mains. Maintenant, c’était moi qui allais vivre avec ce poids dans la gorge. Je m’en cogne, je regrette rien mais… T’as raison, ça ne l’a pas soulagé. Rien ne peut quand on se fait voler son innocence. » Je ramassais ma veste pour la remettre. « Va falloir t’endurcir Sam, parce que si tu trembles quand je parle de viol, tu vas t’évanouir quand j’donnerais des détails sur mon paternel ! » J’eus un rire, un signe de tête avant de sortir de son bureau.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 21:27



« Si je payais, j’aurais fait un scandale que d’arrêter vingt minutes avant la fin. Mais si ça continue comme ça, j’vais bien t’aimer ! » Je n’avais pas encore l’envie de rire, alors je me contentais d’un léger rictus aimable. « Quand j’ai tué cette ordure et qu’Isolda m’a retrouvé avec le tee-shirt en sang, elle m’a engueulée et elle m’a détesté de l’avoir fait. Parce qu’il ne méritait pas de salir mes mains. Maintenant, c’était moi qui allais vivre avec ce poids dans la gorge. Je m’en cogne, je regrette rien mais… T’as raison, ça ne l’a pas soulagé. Rien ne peut quand on se fait voler son innocence. » C’était faut, on pouvait s’en remettre, c’était une question de volonté, mais là, j’avais été prise à la dépourvue, la prochaine fois, je serais prête à entendre ce qu’il allait me dire. Si on l’avait tué lui, est-ce que cela…non, je ne voulais pas y songer. Je redressais la tête à la prononciation de mon prénom. « … que si tu trembles quand je parle de viol, tu vas t’évanouir quand j’donnerais des détails sur mon paternel ! » Non, je ne pense pas. Je suis plus forte aux récits qu’il ne le pensait. Je le regarde sortir et je me reprends pourquoi, j’ai fait ça…c’est mon job. Je cours à la porte, je l’ouvre et j’attrape Colin par la manche, remettant mes cheveux derrière mes épaules. « Pardon…mais…votre amie Isolda. Si…je pense que cela lui ferait du bien, si elle venait me voir. Si elle en a envie bien sûr et dites-lui que je suis bien…que je peux l’aider… » il me regarda étrangement et je lui souris avant de lui tendre la main pour le saluer. « A jeudi prochain, alors… » Il la saisit, sentant sa poigne forte sur ma paume. « Vous m’aidez avec mon frère, je vous dois bien un service avec votre amie… Ce sera…gratuit » Je lâchais sa main, retournant vers mon bureau, heureuse d’avoir su passer au-delà de mon propre passé.


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 21:40



La porte s’ouvrit et la jeune femme posa une main sur mon épaule pour que je me retourne vers elle. « Pardon…mais…votre amie Isolda. Si…je pense que cela lui ferait du bien, si elle venait me voir. Si elle en a envie bien sûr et dites-lui que je suis bien…que je peux l’aider… » Je fronçais des sourcils, pourquoi elle faisait ça ? Isolda avait eu pendant un moment une thérapie, je doutais qu’elle veuille à nouveau revoir un psychologue. Elle n’en avait pas un bon souvenir, celui-ci se permettant trop de jugement sur elle. Dire qu’elle avait provoqué ce viol parce qu’elle s’habillait d’une façon provoquante n’était pas le top pour un professionnel. Elle me tendit une main et je la serrais avec force.« Vous m’aidez avec mon frère, je vous dois bien un service avec votre amie… Ce sera…gratuit » Ah. Elle ne voulait pas avoir de dette sur le dos. J’étirais un sourire, quittant son cabinet pour rejoindre Isolda à l’appartement. Deux jours après, je me rendis dans un bar de Manhattan, en chemise et pantalon noir. Cheveux propres et coiffés en arrière, barbe raccourci et parfum sur la peau. J’étais un autre homme. Je sortais d’un rendez-vous important pour mon boulot, d’où ma tenue. Et j’avais besoin de me détendre, Isolda étant au boulot pour toute la nuit. Je me plaçais au bar, commandant une bière et un whisky. Je tournais le regard pour observer la salle lorsque je reconnu la crinière d’or plus loin. Sam, ma psychologue. Sans son tailleur, elle était plutôt appétissante. Je vidais le whisky dans ma bière et emportant mon verre, je me dirigeais vers elle. Elle était seule à sa banquette bien que deux vestes traînaient à côté d’elle. Lorsqu’elle me remarqua, je levais mon verre. J’étais différent qu’à son bureau, je faisais plus propre et soigné. « Bonsoir Sam. » J’étirais un sourire, n’attendant pas sa permission pour m’assoir à côté d’elle. « Je pensais pas que tu traînerais dans ce bar. J’en oublie que les psychologues sont des êtres vivants qui ont une vie en dehors de leur patient… » Les deux amies revinrent, se présentant à moi et je reconnaissais ce genre de regard. Je plaisais aux femmes, j’en avais conscience mais je n’étais pas un homme porté sur les femmes en cascade.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Sam J. Kane


Inscris le : 16/01/2014
Messages : 52
Points : 403
Jobs : Psychiatre stagiaire

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: En couple
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 22:04



Allongée sur mon canapé, Sylvestre sur moi, je laissais mon regard partir loin derrière les images de la télé que je ne voyais même pas. Je revenais de la prison et comme à chaque fois que je le faisais, le cafard me gagnait. C’était vrai, voir mon frangin pleurer, je n’avais pas l’habitude. Visiblement le message de Colin, n’était pas encore arrivé, mais j’espérais qu’il ne se moquait pas de moi et qu’il allait vraiment lui donner un coup de main. Le soleil était en train de se coucher, lorsque mes copines sonnèrent comme des dingues à ma porte. J’ouvris et deux tornades entrèrent avec des invites pour une soirée VIP qui débutait vers minuit. « Allez bouge tes grosses fesses, on va aller dans le bar tout près et après, on est invité en VIP avec le gratin de New York pour une super soirée, tu ne peux pas refuser. Le Moulin Rouge quoi !!! Avec tout le cast du dernier film de DiCaprio » Devant leur enthousiaste, je capitulais, me faisant trainer dans la salle de bain, pendant que l’autre me sortait une robe que je n’avais mise qu’une fois pour une soirée ultra « chicosse ». Elle me tendit la robe et je fis non de la tête. « T’es malade, j’étais super mal avec ça, t’as vu le décolleté ! » « Bah justement, ma belle…tu crois quoique les stars, ils n’aiment pas les seins !? » Je lui pris des mains et après un tirage de langue en règle, j’allais l’enfiler. Robe rouge sexy et petite veste noire pour cacher un peu le tout, il ne faut pas rêver. Cheveux lâchés et bien maquillée, me voilà entrainer par bande de copines vers l’inconnu. Elles avaient enchainées fort déjà, entre les verres d’alcool et les mecs qu’elles cherchaient déjà du regard et on n’était pas encore au coin VIP. Je les observais de loin, lorsqu’on prononça mon prénom. « Bonsoir Sam. » Bordel, c’était Colin, ça ? Il était passé chez le coiffeur ? « Je pensais pas que tu traînerais dans ce bar. J’en oublie que les psychologues sont des êtres vivants qui ont une vie en dehors de leur patient… » Je fis la moue, amusée par ce qu’il disait le saluant par la même occasion, comme si je passais mon temps dans le cabinet. Mes copines revinrent rapidement lorsqu’elles virent que je n’étais plus seule. Et je n’allais pas présenter Colin, comme un patient, la confidentialité avant tout. « Colin, je te présente, Sally et Danneel. Des amies de fac et je vous présente Colin, on a fait connaissance un jour, où il m’a volé mon taxi avec…disons avec un vocabulaire fleuri » il me regarda et je lui souris. Je le tutoyais en dehors et pourquoi pas, il n’était pas beaucoup plus âgé que moi. « On attend l’ouverture la soirée, VIP vers Minuit, si tu n’as rien à faire d’autre…tu pourrais venir… » Je me penchais vers lui, la musique aidant pour que mes amies n’entendent pas. « Mais bien sûr je n’ai pas le droit de bosser en dehors des heures de boulot, alors évitons de parler de mon boulot et de tes problèmes et…au boulot ne parlons pas de cette soirée… » .


La réalité a, sur le rêve, l'avantage d'exister
Au point de vue génétique, la nature asociale de la névrose découle de sa tendance originelle à fuir la réalité qui n'offre pas de satisfactions, pour se réfugier dans un monde imaginaire, plein de promesses alléchantes. Dans ce monde réel que le névrosé fuit, règne la société humaine, avec toutes les institutions créées par le travail collectif ; en se détournant de cette réalité, le névrosé s'exclut lui-même de la communauté humain
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
A. Colin O'Toole


Inscris le : 08/01/2014
Messages : 60
Points : 467
Crédits : pepe. (avatar) tumblr (gif)

Jobs : Chef de Chantier et amateur de petites magouilles.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM Jeu 23 Jan - 22:16



« Colin, je te présente, Sally et Danneel. Des amies de fac et je vous présente Colin, on a fait connaissance un jour, où il m’a volé mon taxi avec…disons avec un vocabulaire fleuri » Je l’observais, j’étais heureux qu’elle ne me présente pas comme un patient, sinon je l’aurais bien remise à sa place. Ce qui se passait dans son cabinet était confidentiel et à aucun moment, elle ne devait dévoiler même le fait que je lui rendais visite. J’eus un sourire envers les deux filles, levant mon verre en signe de salutation. « On attend l’ouverture la soirée, VIP vers Minuit, si tu n’as rien à faire d’autre…tu pourrais venir… » Je levais un sourcil, étirant un sourire en hochant de la tête. Pourquoi pas, les soirées VIP étaient propices aux rencontres avec le beau monde, comme on disait. Elle se pencha vers moi et je ne pus retenir mes yeux dans son decolleté plus qu’agréable et bien rempli. « Mais bien sûr je n’ai pas le droit de bosser en dehors des heures de boulot, alors évitons de parler de mon boulot et de tes problèmes et…au boulot ne parlons pas de cette soirée… » J’eus un sourire, me penchant vers elle, bien trop proche que ne l’autorisait pourtant notre lien professionnel. « Si tu crois que je vais crier à tout le monde que je suis suivis par une Psychologue… » Elle eut un sourire, semblant satisfaite de ma réponse et je me levais, tendant une main vers elle avec un sourire charmeur. « Tu danses ? » Elle me regarda et ses copines l’incitèrent à accepter. Lorsqu’elle le fit, je l’entraînais sur la piste avec une étreinte douce sur sa main opaline. « Tu es très belle comme ça… » Ses joues prirent une teinte rosée et je glissais une main à ses hanches, à la courbure de ses fesses tandis que j’enfermais sa main en l’air. Une petite danse sensuelle sur un rythme du soleil, ça faisait toujours du bien. D’autres couples se formaient également autour de nous et je ne lâchais pas son regard durant toute la danse. « Est-ce que t’as quelqu’un dans ta vie ? J’serais surpris que d’apprendre qu’une fille comme toi, ne possède pas un garçon dans sa vie ou dans son cœur. » J’étirais un sourire, je n’étais ni dragueur ni trop lourd. Je voulais simplement apprendre à la connaître, tant qu’elle était sur mon chemin de cette soirée. Et puis, elle me plaisait depuis notre rencontre et ça, je ne pouvais pas l’ignorer.


Revenir en haut Aller en bas
My name is,
Contenu sponsorisé



◈ ◈

Message Sujet: Re: Un nouveau départ ft. SAM

Revenir en haut Aller en bas
 

Un nouveau départ ft. SAM

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» 01. Episode n°1 ; Un nouveau départ
» Petite Ode ○ La chanson du désespoir où la mélodie d'un nouveau départ ?
» Une fin signifie seulement un nouveau départ...[Mahiru et Dan]
» A l'aube d'un nouveau départ [AJ Lee]
» Besoin d'un nouveau départ

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Great Academy :: ca va swinguer bébé :: La benne aux souvenirs :: Anciens RP-