Partagez | .
 

 Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
My name is,
Roxanne C. Wells


Inscris le : 26/11/2013
Messages : 238
Points : 702
Crédits : © Rose

Etudes : Médecine Générale en sixième année
Jobs : aucun

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: coeur libre, ouvert aux hommes comme aux femmes, c'est une femme libérée
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Jeu 30 Jan - 1:41

Roxanne & Jules ₰

« Le sexe est une drogue. J'ai mes périodes de shoot et d'abstinence. » ▲ Denis Robert


Une semaine houleuse. Mitigée entre mes heures d'internat à l'hôpital et mes heures de cours. L'un de mes professeurs me tannait le cuir pour que je rejoigne la branche de chirurgie, mais aujourd'hui encore je ne savais pas sur quel forme d'emploi je voulais me baser. Beaucoup de chose me motivaient et d'autre pas du tout... J'avais encore quelques mois à tenir avant de vraiment commencer à stresser sur mon avenir... Après m'être portée volontaire pour cette convention sur le bizutage pour représenter le corps médical, c'est enjouée que je rentrais enfin chez moi. Rentrant en voiture je me prenais tous les bouchons de fin d'après midi ce qui me faisait enrager derrière mon volant. Lâchant à tous va des jurons...

J'ai mis beaucoup plus de temps pour rentrée chez moi et je m'attendais à ce que mon frère soit parti travailler. A peine sortie de la voiture je m'allumais une cigarette et rentrais chez moi tranquillement. La porte n'était pas fermée mon frère n'était pas encore parti. Déposant mon sac de cours dans l'entrée je l’aperçu affalé sur le canapé caressant le chat. « Roucky arrête de fumer dans la maison bordel ! Ça pue après! » me répliqua-t-il aussitôt que je fus à sa vue. Je restais sur le pas de la porte un regard de surprise flanqué sur mon visage.  «Mais j't'embrouille ! Je suis chez moi je fais ce que je veux ! Qu'est-ce que tu fous là ? T'es pas sensé taffer toi ? Flemmard va ! » Ignorant tout regard de mon jumeau, je me dirigeais vers la cage de mon lapin, le sortant un peu vu que mon frère rêve de le faire cuire en civet, il n'allait pas le laisser sortir comme ça... L'attrapant dans mes bras je le serais affectueusement contre moi. « Je taff pas, le boss et la serveuse se sont chopés une intoxication alimentaire donc ils n'ont trouvé personne pour les remplacer donc je suis là pour toute la soirée et j'ai pas l'intention de rester sur le canapé. Je comptais sortir avec toi qu'en penses-tu ? » Relâchant le lapin en liberté pour qu'il puisse gambader je lâchais aussi un profond soupir.

Sortir avec mon frère n'était pas dérangeant en soit mais c'est surtout son attitude quand je sors avec lui qui était plus problématique. Toujours a me coller, toujours à remballer les mecs qui tentaient leur chance avec moi... Et quand c'était une fille il s'imagine déjà des plans pas très catholique à plusieurs.  «Je sais pas trop... »   lui dis-je d'un ton faussement las. Il l'avait perçu dans ma voix et rétorqua aussitôt « Je ne te laisse pas le choix ce soir tu bouges ton cul avec moi ! » Je lui confirmais alors d'un signe de tête son envie après tout je finirais bien par trouver une excuse pour partir et voler de mes propres ailes dans mon coin.

Pas le temps de faire quoi que se soit chez moi, mon jumeau me tannait trop je devais prendre une douche m'habiller et le conduire dans le premier bar dansant sympa de la ville. Je ne trouvais pas grand chose pour me vêtir. C'est donc un peu par dépit que je m'habillais d'une ravissante robe bleu laissant voir mes atouts en valeur. Mon frère avait déjà sortie mes clés, mes paquets cigarettes et le porte feuille avec tout ce qu'il me fallait pour passer une soirée bonne et surement alcoolisé mais aussi car il tenait à éviter que je ne cherche tout ça pendant trois ans avant de partir. Nous fîmes route ensemble, je n'avais pas eut le temps de manger mais tant pis. Arrivée à destination, je me gare et nous voilà dans un bar dansant assez branché. Il commanda son verre, je commandais une légendaire piña colada, cocktail que j'affectionnais particulièrement. Je le bus tranquilement à mon rythme mais mon verre vient à se vider inévitablement. Un jeune homme se présenta pour m'en offrir un nouveau mais mon frère le rembala aussitôt... Des fois j'avais l'impression qu'il jouait plus les petits amis que les frères protecteurs c'était lassant...  «Tu veux pas aller voir ailleurs si j'y suis t'es lourds sérieux ! »  Je soupirais lourdement me retournant fasse au comptoir un peu dépiter de ne pouvoir agir comme bon me semble. Mon frère s'éloigna enfin pour aller danser avec une jeune fille, j'étais enfin tranquille ! Je finissais ma deuxième Piña Colada sans pipper mot la soirée allez être trèès longue ! Allumant une cigarette j'étais posée j'attendais qu'on me calcul ou qu'on m'oublie....
©flawless



    Mais qui de nous deux...
    INSPIRE L'AUTRE...
    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 15/12/2013
Messages : 146
Points : 402
Crédits : Brune

Etudes : Comment tuer avec un bout de papier en 10 leçons
Jobs : Professeur de criminologie / Tueur à gage

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur:
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Sam 1 Fév - 23:01


D
ans les ruelles obscures, la silhouette d’un chat pouvait prendre la taille d’un tigre. Celle des hommes les faisait passer pour des monstres bossus. Manhattan ou le Bronx, dans ces endroits là, il n’y avait que des âmes tintées de grisaille. Aussi une ombre était une ombre. Comme bien des soirs, Jules avait quitté son repère pour partir à l’aventure de la Big Apple. N’ayant pas de contrat à honorer cette nuit là, il était de bon ton d’aller faire un tour du côté de Brooklyn. Pour lui, il n’y avait rien de particulier. Tout au moins c’était ce qu’il laissait à penser, jouer sur sa double vie avec le plus grand des amusements le ne lui faisait pourtant pas oublier qu’il était un tueur de sang froid. Mais l’idée même de qui il pouvait bien n’être n’avait aucune importance, la question ne lui trottait jamais dans la tête. Un carnassier se demandait-il pourquoi il devait tuer de pauvres bêtes innocentes ? Aussi fallait-il partir du principe que Jules n’avait pas un sens de réflexion tout à fait humain. L’était-il lui-même un peu ? Le prédateur avait émergé de l’ombre d’une ruelle d’une façon si discrète que personne n’aurait pu le remarquer à cet instant. Il n’était qu’un simulacre de la lumière. Son regard profond et pénétrant ne se posait sur personne de façon à ce qu’aucun passant ne puisse accrocher son visage. Le pas fluide, notre homme marchait à bon rythme. Caché dans un manteau noir qui lui sciait avec élégance, il avait tout d’un gentleman anglais en vadrouille dans le secteur.
Le paysage urbain était lumineux, les gens joyeux ou pressés. Parfois cela rappelait Londres. Non pas dans le style, mais davantage par nostalgie. Le professeur de criminologie y avait passé tellement de temps. Il se souvenant non sans détails de ces soirées passées dans les pubs de la capitale Britannique. A New York, les choses étaient bien plus différentes, plus aseptisées malgré ce remarquable mélange culturel. Jules n’aimait pas toujours ça, méprisant parfois ce style de vie américain. Qu’importe, il était coincé dans ce pays à présent, à travailler pour des russes, des italiens, de irlandais et toute la Pègre New Yorkaise. Les règles étaient claires, si on venait le voir pour autre chose que du boulot, s’était même pas la peine d’espérer tirer un traitre mot de lui. Quand à sa vie de prof à l’Université… C’était un bon plan pour ses intérêts. Lesquels ? Inutile d’en parler à un lecteur non averti sur la chose.

Jules venait de bifurquer brusquement sur la gauche, esquivant les couples, les solitaires et les groupes qui arpentaient les rues de la ville pour profiter du début du week end. Notre homme laissait une vague d’impression sur son chemin mais jamais lui-même n’avait envisagé ce qu’il allait faire dans la seconde. Pourtant, il s’arrêta devant ce qu’il semblait être un bar dansant. Peut lui importait ce qu’il en pensait, l’Anglais avait décidé de faire halte pour se fondre dans la masse avec volupté. Avec autant de discrétion il était difficile de savoir s’il voulait être oublié ou remarqué. Et pourtant, il se fit un chemin jusqu’au comptoir à présent qu’il s’était débarrassé de son manteau, découvrant ainsi un élégant costume sombre. Se passant une main dans les cheveux, il en profita pour jeter un rapide coup d’œil à la clientèle. Ce fut alors qu’il remarqua un visage connu. Cachant un certain amusement, il se rapprocha en faisant mine de n’avoir rien vu et fit signe au Barman de lui servir un whisky. La jeune femme semblait désespérée et la cause de son soucis ne semblait pas être bien loin. « Je pense qu’une troisième Piña Colada ne serait pas de trop. » Jules tourna alors la tête pour regarder la belle demoiselle, esquissant un sourire aux coins des lèvres. De toute évidence, si elle ne s’amusait pas, s’était très certainement parce qu’elle était accompagnée d’un personnage qui n’était pas pour arranger ses affaires.
Le barman posa le verre de whisky devant Jules qui y porta son attention pour le prendre d’une main en le faisant glisser légèrement sur le comptoir pour le ramener vers lui. Observateur, il notait la couleur ambré de l’alcool sans doute fois le goûter tout de suite. Il avait la politesse de laisser la jeune femme parler avant de boire une première gorgée. N’était-ce pas gentleman ? Mais pour le Britannique s’était une question d’habitude qui ne lui demandait pas tant d’effort que cela. Après tout, un peu de politesse ne tuait pas, c’était même assez le contraire en y repensant bien…




❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-duskwood.forumactif.org/
avatar
My name is,
Roxanne C. Wells


Inscris le : 26/11/2013
Messages : 238
Points : 702
Crédits : © Rose

Etudes : Médecine Générale en sixième année
Jobs : aucun

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: coeur libre, ouvert aux hommes comme aux femmes, c'est une femme libérée
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Dim 2 Fév - 15:47

Roxanne & Jules ₰

« Le sexe est une drogue. J'ai mes périodes de shoot et d'abstinence. » ▲ Denis Robert


Les ombres des gens valsaient autour de moi mais au final je n'y prêtait plus attention du tout, à quoi cela m'aurait servi ? Je savais pertinemment que si quelqu'un s'amusait à me tourner autour la furie qui me servait de frère allait débarquer en trompe tel un amant jaloux. Je noyais donc mon ennui et mon agacement dans mon verre. Une des ombres semblait se rapprocher de moi. Je préféré l'ignorer surveillant mon chaperon du coin de l’œil, il dansait avec deux filles au loin. Je tirait légèrement sur ma cigarette, cela semblait m’amenait au calme. « Je pense qu’une troisième Piña Colada ne serait pas de trop. » me demanda la personne à côté de moi. Mon regard se dirigea vers mon verre qui était vide, je m'en était pas rendu compte que je l'avais bu en entier. Le barman me fixait j'acquiessais en guise de réponse, il me resservit donc un nouveau verre et le présenta sur le comptoir face à moi. je me tournais pour regarder qui était l'homme qui venait de m'offrir ce nouveau verre. Je fixais ses prunelle sombres. «Jules ! »   il m'esquissa un sourire au quel je répondis à mon tour vraiment contente de l'avoir à mes côtés à ce moment précis ou je croyais que j'allais mourir d'ennuis. J'étais surprise mais contente, une vague de soulagement m'envaillis, je n'allais pas rester seul devant le comptoir ce soir !

«Qu'est-ce qui t'amène ici ? » Attrapant le verre que le barman m'avait servit j'attendais qu'il serve aussi Jules, c'était la base de la politesse quand on vous offre un verre mieux vaut attendre que l'autre soit servit avant de commencer et de boire ensemble. Son whisky arrivé, je lui présentait mon verre pour trinquer avec. « Merci. »  Je bus une longue gorgé sans bruit. Une fois mon verre posé je demandais un cendrier au barman avant d'y écraser ma cigarette. Je le fixais de haut en bas, je n'avait pas l'habitude de le voir aussi classement vêtu. «Tu as rendez-vous avec quelqu'un pour être aussi classe ? » je lui adressais un sourire encourageant, j'en avais presque oublié mon frère dans l'histoire... Mais visiblement lui pas se désintéressant complètement des créatures avec qui il avait commencé la soirée pour à nouveau s'intéresser à mon cas. Sa conduite m'exaspérait mais c'était mon frère, mon jumeaux et même si sur certaine point on était très fusionnel sur d'autre il me tapait sur les nerfs mais je ne voulait pas me le mettre à dos car bizarrement cela me tuerait. «Tu t'es lassé de tes kleenex là-bas ? » lui demandais-je sèchement avant de l'ignorer complètement, me retournant vers Jules comme si de rien n'était...  
©flawless



    Mais qui de nous deux...
    INSPIRE L'AUTRE...
    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 15/12/2013
Messages : 146
Points : 402
Crédits : Brune

Etudes : Comment tuer avec un bout de papier en 10 leçons
Jobs : Professeur de criminologie / Tueur à gage

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur:
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Mer 12 Fév - 17:45



P
rédateur paisible bavardant avec la belle gazelle. Voilà que Jules avait remarqué un autre fauve qui fonçait sur eux, peu ravis de voir le félin britannique approcher de trop près cette chair tendre. L’homme esquissait un sourire amusé et navré pour ce jeune homme qui jouait péniblement les gardes du corps. A n’en pas douter, ces deux là avaient des liens de famille que faisaient que ce cœur vaillant  prenait son devoir de protecteur très au sérieux. Peut-être un peu trop. Le tueur à gage nota l’ennuie que cela causa à la Douce. Hélas, on ne pouvait pas dire qu’il était lui-même un brillant chevalier. Quoi qu’il pouvait paraître sans l’être.
Jules observait sans dire mot, ce malaise qui gâchait la soirée. Il n’avait pas même eu le temps de répondre à la phrase de Roxanne quant à sa tenue vestimentaire. Briser la glace, chasser l’intrus. Mais à ce jeu qui était vraiment l’indésirable ? Alors, silencieux, toujours amusé, l’homme en parure élégante restait regarder le cerbère. Accoudé sur le comptoir, le buste tourné vers l’énergumène, il s’adresse alors à la jeune femme. « Il te surveille aussi quand tu fais l’amour ? Ou il te croit encore vierge ? » La phrase était sorti sur un ton si naturel et pourtant le choix des mots s’était avéré des plus puissant, comme une claque dans la figure du jeune homme. Il n’y avait eu pourtant aucune vulgarité. Il n’était jamais vulgaire. Il devait avoir tout de même pincé une corde sensible chez le gamin. Quant à la réaction à laquelle il fallait s’attendre… Jules but une gorgée de Whisky avant de reposer son verre et poser un doigt sur sa tempe, lui donnant l’air d’un penseur. Au faut, il n’avait rien de tout cela. Lui qui connaissait toutes les manières de briser un bras par la seule force de ces mains. Ces mêmes mains qui avaient déjà parcouru le corps de la jolie créature assise à côté de lui.

Le sourire s’effaça avec brusquerie. Ce visage si charmant avait revêtu celui du tueur à gage si froid, si sanguinaire parfois. Jules n’avait rien d’aimable. Le regard sombre, pénétrant. Il n’était pas d’humeur à se faire marcher sur les pieds ce soir. Aussi n’avait-il pas envie de perdre son temps. Non pas qu’il faisait preuve de peu de patience, après tout dans le métier il était connu pour elle, mais il n’avait pas envie de jouer au chat et à la sourire alors qu’il suffisait de donner un grand coup de patte pour chasser les problèmes. Le brun ténébreux, dans toute son élégance, avait une allure de mafieux peu engageante. Quitte à kidnapper la belle pour l’emmener ailleurs, ce n’était pas un problème pour notre homme. Un duel de regard était lancé. Le Fauve au comptoir n’attendait que le moment ou l’autre finisse par plier. Le but n’était pas de provoquer une bagarre, mais de faire sentir qui était le vrai prédateur ici et ce n’était certainement pas ce petit personnage devant lui. Jules n’aimait pas les héros.




❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️


Dernière édition par Jules A. Blackwood le Sam 22 Fév - 13:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://the-duskwood.forumactif.org/
avatar
My name is,
Roxanne C. Wells


Inscris le : 26/11/2013
Messages : 238
Points : 702
Crédits : © Rose

Etudes : Médecine Générale en sixième année
Jobs : aucun

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: coeur libre, ouvert aux hommes comme aux femmes, c'est une femme libérée
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Mer 12 Fév - 23:33

Roxanne & Jules ₰

« Le sexe est une drogue. J'ai mes périodes de shoot et d'abstinence. » ▲ Denis Robert


♫ ♪ Et les sieurs disent:
C'est pour vous mesdames que l'on pavane
Vous ne cédez qu'au roi de la savane
C'est comme ci c'est comme ça
Les damoiselles répondent:
C'est pour vous messieurs que l'on se pâme
On piège les rois avec nos charmes
C'est comme ci, c'est comme ça,
Et c'est bien dommage
♫ ♪

L'ambiance qui planait entre nous trois commençait à se dégrader. Tout ça à cause de qui ? De mon frère. C'était déprimant. J'avais l'impression d'être une dinde entre deux proies, ces derniers me regardant comme si ils allaient me croquer d'une seconde à l'autre... C'était trop pesant et la présence de mon frère me stressait encore plus. J'étais dos à lui et honnêtement c'était pas plus, car je l'aurais fusillée du regard ! Je sentais que Jules s'impatientait face à moi et je le comprenais pleinement pour bouillir intérieurement aussi. Il s'accouda sur le comptoir et me regardant droit des les yeux « Il te surveille aussi quand tu fais l’amour ? Ou il te croit encore vierge ? » Je ne pus empêcher de pouffer à ces mots. Ils étaient plein de sens tellement vrai et tellement naturel que je n'avais pu m'empêcher. Reprenant le contrôle de moi-même j'affichait un sourire amusait à Jules...

A nouveau le silence entre nous trois retomba, hormis la musique de fond personne ne bronchait. La tension entre nous montait, et ça me tapais sur le système... Plus les secondes défilaient, plus je voyais Jules face à moi devenir froid. Je ne tenais pas a ce qu'une dispute éclate. Mon frère était plus du genre beau-parleur que bagarreur. Avant que le tout ne dérape, je bus une gorgée de ma piña colada avant de me retourner vers mon frère « Bon stop là ! Yann tu me tapes sérieusement sur les nerfs ! » Je finis mon verre de la dernière gorgée qu'il me restait. Me retournant à nouveau vers Jules « Ça te dis de prendre l'air ailleurs ? » J'attrapais ma veste que je passais sur mes épaules sous le regard médusé de mon frère. J'attrapais mon paquet de cigarettes ainsi que mes clefs, déposant des billets pour mes consomations et me rapprochait de mon jumeau « Ecoute moi Yann, c'est la dernière fois que tu me fais un coup comme ça, si j'avais eut besoin d'un chien de garde j'aurais acheté un pitt bul, si j'avais eut besoin d'un chaperon j'en aurais embauché un ! La prochaine fois si il y en a une je m'occuperais moi-même de ton cas, je me ferais un malin plaisir de te disséquer comme je le fait en cours chaque jour... » Je le regardais d'un regard bleu glacial et lui déversait la haine que j'avais accumulé le temps de la soirée. Je sortie des billets de mon porte-feuille avant de lui fourrait dans la main. « Profite de ta soirée au fais de la princesse, profite de tes kleenex là bas mais surtout fiche-moi la paix ! » Je lui tournais le dos, le laissant en plant comme ça. J'attrapais le bras de Jules, l'invitant à sortir.


Dehors l'air été glaciale, je refermais un peu plus sur moi ma veste. « Je suis sincèrement désolée Jules. Il est lourd et stupide parfois... » Je poussais un long soupir, une large fumée de blanc dû au froid sortait de mes narines et ma bouche. Je sortis une nouvelle cigarette de mon paquet et l'alluma de mes mains tremblante. « Dis au fait tu n'as pas répondu à ma question tout à l'heure, qu'est-ce qui t'emmenait ici ? J'espère que tu n'attendais personne... »
©flawless



    Mais qui de nous deux...
    INSPIRE L'AUTRE...
    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 15/12/2013
Messages : 146
Points : 402
Crédits : Brune

Etudes : Comment tuer avec un bout de papier en 10 leçons
Jobs : Professeur de criminologie / Tueur à gage

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur:
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Sam 22 Fév - 14:34



N
e pouvait-il pas en être autrement parfois ? Un affrontement bête et bestial. Lassitude au combien passablement pathétique. Quoi qu’il arrive, il serait gagnant dans cette affaire. Un jeu de patience auquel il n’avait diaboliquement pas céder, parce qu’il pouvait lui arriver bien des choses, jamais il ne se laisserait impressionner. A quoi bon ? Lorsque l’on avait compris le fonctionnement des choses de ce monde là, il n’y avait plus rien pour émouvoir une âme corrompue.
Roxanne fini par craquer la première, tellement agacé par le comportement étouffant de son frère. Jules avait tourné le regard vers le jeune homme, esquissant un sourire des plus amusés en écoutant les dires de la jeune femme. Elle avait un franc parlé très américains qui n’était pas sans rappeler la spontanéité et la fraîcheur de certaines amazones que le Britannique avait déjà dû affronter. La belle brune à la peau opaline s’adressa à notre homme, l’invitant à sortir pour trouver un endroit plus agréable. Jules la gratifia alors d’un exquis étirement des labiales « Avec plaisir » ajouta-t-il d’une voix plaisante et douce. Se lassant glisser de sa chaise, il saisit son manteau d’un geste mesuré, accordant à la jeune femme le temps de lancer quelques derniers mots à son jumeau. L’oreille tendant, les gestes lents, il écoutait avec attention ce qu’elle disait tout en enfilant son pardessus. Une fois la chose faite, elle lui avait attrapé le bras et non sans satisfaction, il s’éclipsa avec elle de ce bar bondé.

Dehors, le froid de l’hiver, mordant. Il semblait pourtant n’y avoir là que de la vapeur qui s’échappait du sol. Le klaxon des voitures tranchaient désagréablement avec là musique précédente. New York… Elle ne ressemblait à rien de jour comme de nuit. Là, il vit Roxanne allumer une autre cigarette, lui posant de nouveau cette question à laquelle il n’avait pu répondre. A n’en pas douter, il pouvait observer le stress que toute cette affaire avait causé à la Douce. L’œil sombre et le regard profond, un sourire énigmatique éternellement pendu à ses lèvres. Voilà qu’il observait la demoiselle sans trop tarder à répondre pour autant. « L’envie d’affronter le froid… Finalement j’ai préférer trouver refuge là. » Expliquer pourquoi il était ici et pas ailleurs, c’était comme demander à la neige de tomber en été sur le bord de mer. Il était présent, c’était tout ce qui comptait. Quant à la vraisemblance, la pauvre avait du être banni de la vie de notre Anglais et cela de façon définitive. « Je ne te retourne pas la question. » En effet, là encore, inutile de se perdre en détail superflu. Nul besoin de se nommer Sherlock Holmes pour comprendre qu’elle avait été traîné là avec négligence par son frère et que jusqu’à son arrivée inopinée, la belle n’avait pris aucun plaisir à cette soirée.
Passant un bras autour de la taille de la Belle, il l’invita à faire quelques pas en sa compagnie, sans direction réelle, seulement pour discuter un peu. « Laisses-moi t’offrir une meilleure fin de semaine. » lui glissa-t-il à l’oreille comme la promesse délicieuse. A cet instant, l’un contre l’autre, marchant sur le trottoir, ils ressemblaient à n’importe quel couple en vadrouille dans Brooklyn. L’apparence… Séduisante image. Ils n’avaient rien d’un ménage amoureux. Pas insignifiant pour autant ce sentiment de sécurité que dégageait le tueur à gage. Étrange ironie également de la par d’un homme qui, d’un mouvement bien sec et rôder, savait briser une nuque avec froideur. Elle ne pouvait imaginer que le bras qui lui enlaçait la taille pouvait tout autant devenir une étreinte mortelle. Mais le faite qu’elle ne puisse savoir rendait la relation des plus excitantes. Le prédateur n’était jamais loin dans l’esprit du Britannique, toujours prêt à bondir, attendant l’heure où il pourrait à nouveau goûter le sang de ses proies…




❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-duskwood.forumactif.org/
avatar
My name is,
Roxanne C. Wells


Inscris le : 26/11/2013
Messages : 238
Points : 702
Crédits : © Rose

Etudes : Médecine Générale en sixième année
Jobs : aucun

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: coeur libre, ouvert aux hommes comme aux femmes, c'est une femme libérée
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Mar 25 Fév - 16:29

Roxanne C. Wells a écrit:
Roxanne & Jules ₰

« Le sexe est une drogue. J'ai mes périodes de shoot et d'abstinence. » ▲ Denis Robert


Vingt quatre ans que je supportais mon jumeau. Et encore j’avais évolué depuis des années. Maintenant je reprenais le dessus sur lui alors qu’avant je m’aplatissais ! On amour fort fusionnel nous unissait, mais qui dit fusionnel dit aussi étouffant. Yann prenait des libertés parfois que je n’aimais guère mais c’était mon frère… Mais je savais moi aussi en prendre quand il le fallait…

Jules accepta de sortir dehors avec moi. Il y avait moins de monde, là on s’entendrait parler et malgré le froid je me sentais plus à l’aise dans la rue qu’à l’intérieur ! Malgré les voitures qui filaient, sur la route à côté je me sentais beaucoup plus à ma place ici qu’à l’intérieur ! Je jetais un regard par-dessus mon épaule pour vérifier que mon frère ne sortirait pas en trombe pour répliquer. Mais il était encore fixe. Il m’adressait un regard sombre au travers de la porte vitrée mais cela ne me faisait ni chaud ni froid. Demain il me fera la tête et après demain cette histoire serait de l’histoire ancienne pour lui et vendredi prochain à nouveau il y aurait un truc qui se passerait. C’était la routine entre nous. Je commençais à avoir tristement l’habitude…

Maintenant il me fallait trouver quelques choses pour ne pas plomber le reste de la soirée entre Jules et moi. Il fallait faire comme si rien de tout cela ne s’était passé. Le beau brun pu enfin me répondre tranquillement comme si le stress de ces quelques minutes précédentes n’avait jamais eut lieu… « L’envie d’affronter le froid… Finalement j’ai préférer trouver refuge là. » m’expliqua-t-il sans plus de précision. Le hasard faisait drôlement bien les choses à mon sens ! Il reprit à mon attention « Je ne te retourne pas la question. » Je le fixait dans les yeux et sans ouvrir la bouche répondit simplement par une « hum-hum. » Il ne fallait pas avoir bac plus cinq pour une personne me connaissant, comprendre que j’avais été entrainé malgré moi avec la promesse d’une bonne soirée en vue mais au final une promesse qui n’a pas été tenu du tout… Du moins pour le moment… « Il ne peux pas sortir sans avoir sa sœur sous les yeux, trop bonne trop conne comme on dit hein. » Je poussais un léger soupir.

Et comme si Jules avait lu dans ma monotonie, il passa un bras autour de ma taille, me forçant a avancer en sa charmante compagnie. On avancé droit devant nous sans se fixer aucun but, avançant ensemble tel un couple de tourterelle roucoulant, bien que nous ne soyons pas en couple ensemble, mais des yeux non avertis n’y aurait vu que du feu ! « Laisse-moi t’offrir une meilleure fin de semaine. » me dit-il avec une délicatesse digne de lui. On continuait d’avancer comme si de rien n’était j’étais blottie contre lui pour me tenir chaud car l’air frais me frigorifiait l’échine. « Question bête tu nous emmène nous là ? Car avancer toujours droit devant toi on va finir par se retrouver à l’autre bout de la ville comme ça. » lui dis-je dans un petit rire… « Je te dis ça parce que mon noble destrier est fidèlement rangé à l’opposé. » A nouveau je souriais, j’étais contente d’être là où j’étais, collé contre lui pour me tenir chaud, il m’avais promis une meilleure soirée que ce qui avait commencé et je savais que je pouvais lui faire confiance.

En fait je n’avais pas envie d’un plan tout programmé et parfois je préférais la surprise, c’est ça qui mets du piment dans la réalité. « En fait je veux pas savoir si tu as une idée ou pas, surprend moi ! »
©flawless



    Mais qui de nous deux...
    INSPIRE L'AUTRE...
    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 15/12/2013
Messages : 146
Points : 402
Crédits : Brune

Etudes : Comment tuer avec un bout de papier en 10 leçons
Jobs : Professeur de criminologie / Tueur à gage

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur:
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Sam 19 Avr - 18:20



L
e sourire du tueur à gage était exquis devant la jeune femme. Était-il alors seulement amusé par les mots qu'elle lui adressait ? Impossible de traduire son langage corporel tellement il était complexe, tout en nuance et subtilité. Certes, notre homme ne faisait rien pour rien, mais la raison de ces actes était des plus obscure et inconnu. Aussi venait-on souvent à en conclure qu'il le faisait, un point c'est tout. « Nous n'aurons pas besoin de voiture. » avait-il répondu de son air détendu et gentleman. Irrésistible... Vraiment ? Qu'importait, il n'était pas là pour se laisser avoir par les folies humaines. « Je connais un endroit agréable, non loin de là. » Pourquoi n'y était-il pas allé plus tôt alors ? Parce qu'il n'y avait pas pensé. Jules ne pensait pas toujours à tout, il fallait laisser un peu de hasard par fois, cela rendait le jeu plus amusant. Et puis à présent il avait une bonne raison de penser à ce lieu là. Loin de lui l'idée d'un endroit sordide et décadent, il fallait aller dans le Bronx pour cela. En somme donc, voilà qu'ils marchaient ensemble dans la rue, sans trembler devant le climat new yorkais. « Je suis certain que tu ne t'étais pas imaginer une telle fin de semaine... » dit-il en regardait droit devant lui avec un petit air sombre qui lui allait si bien. L'être humain avait toujours eu quelque chose de routinier, d'ennuyeux. Il n'y avait qu'à observer la Big Apple pour s'en rendre rapidement compte.

Voilà qu'ils devaient déjà avoir fait une bonne centaine de mètres avant que le Britannique n'observe le lieu tant désiré. Quoi que le mot ne convenait peut-être pas mais peu importait de quelque manière que ce soit. Il s'agissait d'un petit café théâtre un brin européen qui rappelait à Jules ses origines d'outre-atlantique. Sans un mot, il invita Roxanne à entrer, la laissant découvrir l'endroit au loisir de son regard. La porte se referma sur eux tandis qu'à l'intérieur régnait une douce chaleur aux odeurs suaves de café fraîchement moulu. La rumeur des conversations avait bon train. Le tueur à gage se faufila allègrement entre les tables et les chaises occupées jusqu'à trouver un petit coin de liberté à l'abri du monde extérieur. Il semblait à notre homme qu'il avait voyagé en quelques secondes jusqu'à Londres. « Si mademoiselle veut bien se donner la peine. » adressa-t-il à la jeune femme sur un ton des plus charmeurs, sans lourdeur, pour l'amuser. Jules n'était le genre de personnage à souhaiter à tout prix à plaire, à paraître parfait, trop prévenant. Il offrait son comportement comme un jeu, sachant pertinemment qu'il y avait toujours quelque chose de très prédateur qui ressortait chez lui. Une jeune femme un peu naïve se serait sans doute faite duper. Pour Roxanne, il la laissait entrevoir là un divertissement qu'il lui offrait, afin surtout de lui changer les idées en agréable compagnie, si Anglais pouvait-il se montrer. Ajouter à cela un naturel tout à fait serviable, si l'on parvenait à oublier qu'il pouvait faire d'un bout de papier une arme extraordinaire... Après quoi, Jules vint à s'installer en face de la jeune femme, lui adressant toujours un sourire amusé qu'il masqua en plaçant la main devant sa bouche, accoudé sur le rebord de la table. Que pouvait-il alors bien avoir en tête à cet instant précis ? Un lecteur n'en saurait rien, parce que l'auteur lui même ne parvenait à percevoir la maigre lueur de vie qu'il brillait dans les prunelles de ce voleur d'âmes. Cette chose était une énigme à elle seule. Diable donc ! A quoi devait-on s'attendre avec un être pareil ?




❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-duskwood.forumactif.org/
avatar
My name is,
Roxanne C. Wells


Inscris le : 26/11/2013
Messages : 238
Points : 702
Crédits : © Rose

Etudes : Médecine Générale en sixième année
Jobs : aucun

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: coeur libre, ouvert aux hommes comme aux femmes, c'est une femme libérée
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Mar 22 Avr - 23:17

Roxanne & Jules ₰

« Le sexe est une drogue. J'ai mes périodes de shoot et d'abstinence. » ▲ Denis Robert


Jules se voulait charmeur, ce qui me faisait doucement rire. Pas d’un rire nunuche, un rire doux et posé. « Nous n'aurons pas besoin de voiture. » m’a-t-il répondu avec son air tout à fait détendu et gentleman. Cette part de lui m’amusait au plus haut point. Après tout nous deux s’était ça. Du jeu et de la galanterie entre un chat et une souris. Qui était le chat ? Qui était la souris ? Ca dépendait des moments que nous passions ensemble.  « Je connais un endroit agréable, non loin de là. » Je souriais plus à moi-même qu’à lui. L’idée de passer une bonne soirée enfin me rendait plus calme et sereine. Ce qui se passerait demain quand je trouverais mon frère ? En cet instant précis je m’en foutais comme de ma première paire de chaussette. Et puis si les choses se passaient bien ce soir, il était fort possible que je découche et donc plus que probable que je sois tranquille pendant un petit moment. « Je te suis. » lui répondis-je.  

J'avais pleinement confiance en Jules, je ne savais pas où il comptait m'amener, mais telle une biche je le suivais sans craindre nul prédateur. « Je suis certain que tu ne t'étais pas imaginé une telle fin de semaine... » me dit-il. Je me blottis aussitôt un peu plus contre lui. Alors qu'on avançait tranquillement, je fouillais dans mon sac pour en sortir une cigarette. Oui, j'étais une drogué de la nicotine et j'assumais pleinement. Tout en gardant la cadence sereine qu'on avait je l'avais rapidement allumé. Pour une fois que je ne galérais pas cent sept ans pour le faire marcher c'était un grand jour. « En effet, je me l'étais plutôt imaginé genre très très ennuyeuse, la tête soûlé à la piña colada, mais surtout tristement seule... » Je soupirais légèrement avant de reprendre « Mais tu vois le hasard fait bien les choses et va me permettre de passer une bonne fin de semaine en bonne compagnie, ce qui est un bon rattrapage je trouve ! » à nouveau je souriais.

Il m'emmena jusque devant la devanture d'un petit café théâtre à l'architecture très typé anglais sans chichi et sans donner l'impression d'être dans la salle à manger de ma grand-mère. Il m'invita à entrer en silence et je m'exécutais. Mon regard était plus porté sur l'intérieur de l'endroit. Les tissus, l'odeur de café moulu, les discutions qui montaient dans mes oreilles, mes sens étaient en plein éveil. J'étais d'ailleurs tellement captivé par l'observation des liens que je m'étais arrêté net. Lorsque mon esprit revient sur terre Jules était en train de se faufiler pour nous trouver une place. Hâtant le pas, je rattrapais le retard que j'avais pris sur lui. Je le vis se diriger vers une table libre, un peu à l'écart des autres, il était clair que nous serions tranquille ici placé.

«Si mademoiselle veut bien se donner la peine. » Mes yeux bleus glacials fixèrent ses prunelles noires. Une femme peut tout faire passer par le regard. Selon certains, mes yeux étaient suffisamment transparent pour qu'on y comprenne ce que je souhaitais y faire passer. La en l'occurrence, c'était de l'amusement et un certain plaisir charmé et charmeur. Je retirais mon manteau, re-dévoilant à Jules cette robe hors de prix -merci papa- qui m'était tombé dans la main quelques heures plus tôt. « Merci. » lui adresse-je avec ce même regard amusé flanqué sur ma gueule de démon avant de m'asseoir sur la chaise. Il s'installa face à moi, un sourire amusé sur son visage qu'il tenta rapidement de camoufler. « Je n'étais jamais venue aussi. C'est sympa. Loin de toutes ses fanfreluches ça fait du bien ! » En général toutes ces choses me sont imposées tantôt par mon frère tantôt par mon propre père. Inutile de dire que dans une famille comme la mienne rien n'est facile, surtout quand tu as décidé de faire passer tes études avant ta vie personnelle. « Tu comptes nous faire faire une dégustation de café ou tu vas me prouver que les Anglais ont des alcools qui vaillent le coup d'être connu ? »
©flawless


Spoiler:
 



    Mais qui de nous deux...
    INSPIRE L'AUTRE...
    .ReedNight
Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 15/12/2013
Messages : 146
Points : 402
Crédits : Brune

Etudes : Comment tuer avec un bout de papier en 10 leçons
Jobs : Professeur de criminologie / Tueur à gage

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur:
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules Mer 23 Avr - 17:59



N
i l'un, ni l'autre. Je ne suis jamais qu'Anglais et pas Écossais. Sinon je me serais fait un plaisir de te parler des Whiskys.
 » répondit-il avec un je-ne-sais-quoi d'agaçant. Jules avait toujours eu ce quelque chose de protecteur et de détaché à la fois. Sa main, avec laquelle il avait ballonné sa bouche pour n'en pas dévoiler son sourire, semblait toute faite pour caresser les courbes d'une femme. Pourtant elle avait connu le sang de nombreux inconnus. Le contraste scindait violemment ces deux facettes d'une personnalité curieuse. On avait la soudaine passion qu'il nous dévoile tous ces secrets, le besoin irrésistible qu'il nous confit son cœur et ses peines. Hélas, comme à son habitude, la chose n'était qu'un jeu, un terrible jeu. Un jour il s'en lasserait.
Parfois notre homme était s'en détour, dévoilant ses cartes. « Laisses moi te dire comment je planifie cette soirée. » Seulement parce qu'il avait véritablement autre chose en tête et que cela faisait parti de la stratégie. « Nous allons discuter autour de cette table, surtout pour ne rien dire. C'est ce que font tout  le temps les gens. Ensuite... nous irons affronter de nouveau  le froid. Ou alors... il  pourrait y avoir une folie à faire ici. » dit-il d'une façon si posée qu'il était aisé de se demander s'il s'agissait d'une farce ou s'il disait bel et bien la vérité. A l'instant même, le Britannique ne  laissait rien entrevoir.

La rumeur des conversations menait bon train tandis que l'heure filait sans demander son reste. Chaque seconde était croquée avec délice par les aiguilles courant sur le cadrant du carillon qui  faisait face à Jules. L'ambiance agréable rendait l'endroit des plus chaleureux, un peu plus et Londres pouvait céder sa place à Dublin. Mais finalement, pourquoi était-il là, lui le professeur de criminologie ? N'avait-il  pas quelques copies à corriger, pour s'amuser de la sottise de ses étudiants préférés. Non, Jules était toujours là où l'on ne l'attendait pas. Le défaut du professionnel. Pouvait-on alors seulement qualifier cela de défaut ? Assurément il s'agissait là d'une belle qualité pour un tueur à gage. Cela lui évitait ainsi les meurtres un brin trop chaotique. La maîtrise était la clé. Et quelle maîtrise... gouvernée  par l'instinct, le hasard. N'allez pas non plus croire qu'il n'y avait que cela chez lui, cette éternelle noirceur qui lui sciait si bien.
Sans doute aurait-il du l'amener à un tango argentin, deux corps enlacés racontant l'histoire d'une nuit folle et passionnée. Mais ici à Brooklyn, les choses ne faisaient jamais que commencer. « Ne me dis pas ce que tu préfères. » lança-t-il avec mystère. Pourquoi répondre, toujours ? Les silences étaient bien plus éloquent que les mots éphémères. Une serveuse vint à s'approcher d'eux  pour prendre leur commande. Moka, cappuccino, expresso […] Diablerie, il n'y avait  pas de Whisky... Tandis, Jules  devrait se satisfaire uniquement de celui qu'il n'avait pu apprécier pleinement au bar précédent.




❝ WANTED - DEAD OR ALIVE ❞
❝Avec le canon d’un flingue entre les dents, on ne prononce que les voyelles.❞ fight club - PEPPERLAND ©️
Revenir en haut Aller en bas
http://the-duskwood.forumactif.org/
My name is,
Contenu sponsorisé



◈ ◈

Message Sujet: Re: Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules

Revenir en haut Aller en bas
 

Alcool Sex and Rock'n'Roll {Jules

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» 05. I Love Rock'n Roll [PV ERIN]
» La maison de retraite du rock and roll
» RÉSUMÉ DE LA PARTIE 57 : Rock'n'Roll
» Présentation Evil Slash [en cours]
» Rock 'n' Roll

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Great Academy :: Oh une grosse papple :: Brooklyn-