Partagez | .
 

 Down in the valley (Victoria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
My name is,
Invité



◈ ◈

Message Sujet: Down in the valley (Victoria) Jeu 6 Fév - 15:53

Je laissais mes mains glissées le long du volant. La sensation d'harmonie entre le cuir et ma peau fit parcourir un frisson le long de mon échine. Waouh... Ma respiration était lente, mes gestes fluides, je me sentais si bien, si libre. Après un week-end passé en grande pompe (et à en cirer des pompes aussi : « Madame Field, comme vous êtes charmante : je ne sais ce qui me séduit le plus entre vos manières et votre beauté éternelle ». La beauté éternelle d'un parchemin usé et défraîchit ouais. Quand aux manières... Un énorme crapaud pustuleux n'aurait pas fait plus tâche au milieu de l'assemblée, quelle horreur ! Cette gargouille était indigeste, voilà tout. Mais terriblement riche la vieille. Et sans descendant. L'héritage, ça c'était une belle promesse), bref c'était un véritable plaisir de quitter enfin ce déguisement de parfait petit gentleman. Dans l'habitacle chauffé de mon bijou à moteur, je redevenais moi. Sans sourire, sans poignée de main chaleureuse, sans discussion crétine, non, juste moi, ma petite personne, mon seul bonheur, mes uniques envies. Bref, le paradis. La pluie qui tombait ne m'empêchait pas de rouler à vive allure, au contraire. Qu'était la vie si ce n'est le risque ? La route était parfaitement libre, personne en vue. J'en avais presque envie de rire, l'euphorie me gagnait. La vitesse, le bruit de la pluie sur les vitres, la solitude, mon coupé cabriolet qui réagissait au moindre de mes mouvements. Je jubilais. Et puis je sentis la puissance du moteur défaillir. J'appuyais d'avantage sur l'accélérateur. Aucun changement. Je jetais un coup d'oeil au tableau de bord : je n'étais déjà plus qu'à 150km/h. Je n'eus même pas le temps de m'énerver qu'une autre indication attira aussitôt mon attention. La jauge d'essence. Vide. « Et merde ! Et meeeerde ! ». Mon poing s'abattit sur le volant autrefois chéri. Et à peine une minute plus tard, j'étais à l'arrêt. A l'arrêt sur une route pourrie, à encore une bonne heure de New York, à 22h, sous la pluie. « Je vais les tuer ! ». Les, c'était les techniciens chargés de s'occuper de ma voiture. Enfin anciens techniciens. J'allais m'occuper de leur incapacité et m'assurer qu'ils soient virés sans dédommagements. J'allais le faire des maintenant même ! Ils allaient regretter leur incompétence. Je sortis mon portable, jurant de leur faire passer un mauvais quart d'heure en attendant qu'ils se chargent de me rapatrier. Et là, le ciel s'abattit sur ma tête. Pas de réseau... Mais c'était quoi ce trou paumé ?! Depuis quand l'ensemble des Etats-Unis n'était pas desservi par les réseaux mobiles ?! « Oooh je vais les tuer !». Fais chier ! La pluie redoublait au dehors. Super ! Génial ! PAR-FAIT ! Je n'étais plus que rage. J'aurais bien tapé dans quelque chose pour me défouler un peu. Mais je n'avais rien dans cette foutue bagnole.

Une demie-heure plus tard, alors que j'en étais toujours à pester et à maudire la planète entière, je crus déceler le bruit d'un moteur. Un regard dans le rétroviseur confirma mon intuition. J'hésitais un instant face à l'idée désagréable de partager la voiture du plouc du coin, de l'écervelée de service ou tout autre cas du genre mais l'instinct fut plus fort que tout : je me précipitai sous la pluie et me plantai en plein milieu de la route, bien décidé à arrêter cette voiture d'une façon ou d'une autre.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
My name is,
Victoria Morello


Inscris le : 25/01/2014
Messages : 15
Points : 95
Crédits : Tumblr

Etudes : Droit, Sciences Politiques, Economie et Gestion

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Message Sujet: Re: Down in the valley (Victoria) Mer 12 Mar - 23:18



"- Allô, Victoria ?
- Oui Papa, je suis au volant donc je t'appelle en coup de vent, simplement pour te dire de ne pas m'attendre pour dîner, je risque d'arriver plus tard que prévu ! J'étais dsitraite et ai râté une sortie, du coup, je suis perdue au milieu de je ne sais où, mais je vais me débrouiller ne...biiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiip !"


Victoria jeta un oeil à l'écran de son téléphone portable, qui affichait tristement "Connexion perdue". Plus de réseau.

"Et merde..."

Elle baissa les yeux sur le tableau de bord: 20:48.
Cela faisait déjà presque une heure qu'elle avait rendu visite au client de son père et récupéré ce dossier "de la plus haute importance" dont ce dernier lui parlait depuis des semaines. En bon homme d'affaires qu'il était, il lui arrivait de plus en plus fréquemment de manquer de temps et de ne pouvoir se déplacer chez sa clientèle lui-même, aussi comptait-il sur sa fille bien aimée pour jouer les coursiers. Non pas que rendre service à son géniteur était quelque chose qu'elle avait en horreur, mais Victoria s'en serait parfois passé volontiers.
Quoi qu'il en soit, si ce fameux client n'avait pas décidé de résider à l'autre bout de l'état -elle exagérait à peine!-, elle ne serait probablement pas en train de traverser des kilomètres de champs, au lieu de tenir compagnie à Morello père dans un de ses restaurants quatre étoiles favoris. Avec un peu de chance, il lui ramènerait un doggy bag .

La jeune femme augmenta le son de l'autoradio lorsque la voix de Mick Jagger se mit à scander le célèbre air de "You Can't Always Get What You Want", et se mit à chanter de vive voix en dodelinant de la tête, ses doigts tapotant le volant de sa petite Nissan Figaro bleue.
Alors qu'elle s'apprêtait à entamer un nouveau couplet, une silhouette surgie de nulle part fut soudain éclairée par ses phares, et il lui fallut faire preuve de tout son sang-froid -et d'un bon coup de frein- pour ne pas renverser l'inconscient qui venait de se jeter, ou presque, sur son par-brise.
Une fois la voiture arrêtée à quelques centimètres de l'individu, il ne fallut pas plus de quelques centièmes de seconde à Victoria pour s'extirper du siège conducteur et venir se planter en face de lui, la peur provoquée par le quasi accident faisant monter la vapeur en elle.

"Mais qu'est ce qui débloque chez vous ?! Ça vous arrive souvent de vous jeter sur la première voiture qui passe comme ça ?! Vous voulez vous faire tuer ?! Non mais franchement ! Faut être complètement barge pour faire ce genre de trucs ! C'est quoi votre problème ?"

Elle moulinait des bras, les yeux écarquillés, ne prêtant pas réellement attention à son interlocuteur tant ses émotions la secouait.


"I love New York City.
The reason I live in New York City is because it’s the loudest city on the planet Earth.
It’s so loud I never have to listen to any of the shit that’s going on in my own head."
Revenir en haut Aller en bas
 

Down in the valley (Victoria)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Victoria Alisa . Cavalieri
» Partie multi Victoria II
» Victoria Justice (négociable) • Nina Chevalier • 25 ans
» Victoria Justice as Céowyn [Humain]
» Victoria 2 - Poland 0.2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Great Academy :: ca va swinguer bébé :: La benne aux souvenirs :: Anciens RP-