Partagez | .
 

 au déla des apparences ft. GERTIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar


Inscris le : 27/10/2013
Messages : 370
Points : 1870
Crédits : pepe. (avatar); tumblr (gifs); pepe. (sign)

Etudes : physique-chimie, 1è année.
Jobs : baby-sitting les weekends & aide sydney parfois.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: en couple avec STEW, comme quoi tout est possible.
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: au déla des apparences ft. GERTIE Dim 27 Oct - 18:08


GERTRUDE LISON ROBINSON







Code:
<pris>MILEY CYRUS</pris> ◈ <pseudo>gertie robinson</pseudo>



Noms : Robinson ; Prénoms : Gertrude Lison, des prénoms ridicules direz-vous mais attendez de connaître ceux de son frère et de sa soeur. ; Surnoms : Gertie ; Âge : Dix-sept ans ; Date et Lieu de naissance : premier septembre à Batsto Village (New-Jersey); Origines : Américaine ; Nationalité : Américaine ; Situation financière : Pauvre ; Situation civile : Célibataire ; Préférence : Hétérosexuelle ; Jobs : Fait du babysitting les weekends pour aider à la finance de ses études ; Etudiants : physique-chimie sans conviction, 1ère année, Héphaïstos ; Scénario, pv ou inventé : inventé ; Crédits : Tumblr



Oléééé, ici pepe. ou Alex pour les intimes. Mon prénom en entier est Alexandra mais j'entends déjà les amateurs de Cloclo la chanter Dans la vie, j'enchaîne plusieurs petits boulots, je suis loin de la richesse de mes personnages. J'aimerais mais bon :siffle:Great Academy, c'est une longue histoire d'amour. Ca a commencé il y a trois ans presque et nous revoici encore plus beau et fort que jamais :pop:Ici, vous me verrez sous l'apparence de quatre personnages, parce que je suis une folle des DC Je suis la Fondatrice râleuse et qui gueule souvent, mais jamais sans raison. Je suis une passionnée de rpg depuis huit ans maintenant, c'est mon dada. Mais sinon, j'aime la musique, l'écriture, le cinéma et la télévision. Sortir et mon bébé chat qui s'appelle MIA (oui, oui, un rapport avec le pseudo de Toukie) Et voilà, je ne sais pas trop quoi dire d'autre donc...


Revenir en haut Aller en bas
avatar


Inscris le : 27/10/2013
Messages : 370
Points : 1870
Crédits : pepe. (avatar); tumblr (gifs); pepe. (sign)

Etudes : physique-chimie, 1è année.
Jobs : baby-sitting les weekends & aide sydney parfois.

Voir le profil de l'utilisateur ◈ ◈

Fiche perso
◈ Côté coeur: en couple avec STEW, comme quoi tout est possible.
◈ Quelques infos sur moi:

Message Sujet: Re: au déla des apparences ft. GERTIE Dim 27 Oct - 18:08


Gertie



Je me présente, je m’appelle Gertrude Lison Robinson. Déjà, mon nom est catastrophique, mais ce n’est qu’un petit détail dans l’histoire de ma vie. Je ne suis pas là pour enjôler ma situation, ni même parler en bien de ma famille. Car, c’est laid à dire mais elle n’a rien de formidable ni même de fantastique. Du moins, c’est le regard extérieur et les jugements que j’entends qui me font dire cela. Car moi, je les aime mes parents, mon frère et ma sœur. Aussi différents soient-ils. Aussi bêtes et incultes qu’ils sont. Mon père, Robert Robinson a toujours vécu dans la ville de Batsto dans le New Jersey. Fils de chasseur, il a suivit les traces familiales. Cependant, n’ayant pas un métier et ayant besoin de pécules pour vivre, mon père s’est tourné vers la route. Routier. Il a rencontré ma mère, Mary Blesson sur les bancs du collège. Dans le village là où je vis, tout le monde se connaît ou presque. Le moindre évènement devient presque une occasion de faire la fête tous ensembles. Ma mère était déjà obèse lorsqu’elle était jeune et pourtant, mon père a su regarder là où les autres détournaient le regard. Ils se sont mariés à dix-huit ans. Ma sœur nait à peine un an après leur union. Giselle. Ma mère ne pouvant travailler à cause de son poids, décide de répondre à des sondages et autres pour gagner de l’argent. Mon père lui, traverse l’état du New Jersey pour apporter les marchandises à bord de son camion. Trois ans après ma sœur, Raymond voit le jour. Après une deuxième grossesse, des kilos en trop, ma mère passe dans le cap de l’obésité dangereuse. Elle entreprend un régime lourd et perd une vingtaine de kilos. Suffisant pour retomber dans un poids certes conséquent mais moins dangereux. Enfin, c’est ce qu’elle pense. Nourrir une bouche supplémentaire devient difficile, mais ils parviennent à s’en sortir malgré tout. Moi, j’arrive cinq ans après la naissance de Ray. Mon père décide par la suite de se faire opérer pour ne plus avoir d’enfants, car nous sommes déjà trop nombreux pour les finances qu’ils possèdent. On m’affuble du prénom de Gertrude. Magique. Mais très rapidement, mes parents me surnomment Gertie et c’est ainsi que je me ferais nommée tout au long de mon existence. A l’âge de quatre ans, mon père perd son emploi. Et oui, arrivé souvent en retard et se porter malade une fois par mois n’a rien de sérieux pour tout employeur. Mon père était heureux d’être officiellement au chômage. On ne gagne plus rien, alors il trouve des petits boulots qui lui permette d’avoir un emploi du temps alléger. Et ainsi, il est beaucoup plus proche de nous. Il donne des services en mécanique, bricolage et autres. Nous vivons difficilement, mais nous ne manquons de rien. Ou peut-être a-t-on appris à se contenter de peu. J’ai quelques poupées pour jouer, mais cela ne m’intéresse pas. Je suis différente de ma famille. Ils sont incultes, ils n’essayent pas de s’enrichir moralement ou psychologiquement. Ils se contentent des programmes puériles et inintéressants à la télévision. Moi, j’ai envie de grandeur, de satisfaire une curiosité insatiable. Je suis le vilain petit canard de la famille. Mais pour m’abaisser à leur niveau, je fais semblant d’être aussi simple d’esprit qu’eux. Ainsi, mon niveau scolaire est catastrophique, je fais semblant d’être idiote et cela semble les satisfaire. Jusqu’au jour où ça devient trop étouffant pour moi. Je ne suis pas heureuse, je ne suis pas épanouie. Alors, pendant deux semaines, je montre qui je suis véritablement. J’obtiens des notes parfaites partout. Et lorsque l’école contact mes parents, leurs premières réactions a été de croire que j’avais triché. Quel désespoir. Ils n’ont jamais voulu croire en moi. La directrice m’a alors dit que je devais attendre, ne plus me cacher et ils se feraient une raison. Et c’est ce qu’il s’est produit. Car au bout de trois mois, ils devaient se rendre à l’évidence que je ne trichais pas. Mon langage était différent, ma façon de parler avec eux également. Ils ont fini par accepter que je saute une classe. Ainsi, l’année suivante, j’étais satisfaite de devoir travailler pour atteindre la perfection. Cela arriva vite, et à nouveau je m’ennuyais. Mais lorsqu’on me demanda si je voulais sauter une autre classe, j’ai refusé. Être la fille de la famille « bidochon », être une petite surdouée était suffisamment lourd sur les épaules pour rajouter du génie. Puis, il y eu ce jour humiliant au plus haut point pour moi. Des garçons plus âgés que moi, qui essayèrent de me tripoter à l’arrêt du car. Il n’y avait personne autour de nous, personne pour m’aider. J’ai hurlé qu’ils arrêtent, mais j’ai bien senti leurs mains perverses. Je me suis enfuie en courant après un coup de pied bien placé. Je suis revenue chez moi en sueur, le visage inondé de larmes. Mes parents n’ont jamais su. Mais c’est ce jour-là qui marqua ma chute vertigineuse. J’ai arrêté de sortir, d’être une fille joyeuse pour m’enfermer dans ma chambre. J’ai commencé à m’empiffrer et à m’enlaidir. J’ai pris dix kilos, marquant ma taille et mon ventre de graisse. Mon visage s’est arrondi. A l’école, on me jugeait, on me traitait de grosse mais au moins, plus aucun garçon ne m’approchait. Je me sentais mieux et à la fois, je me perdais complètement. Je me concentrais alors uniquement sur mes études. Puis enfin la fin des études secondaires sonna, j’étais libre. Quitter tout ce monde immature pour rentrer dans la cour des grands. Pourtant, l’université m’effrayait aussi. J’avais peur de ne pas m’intégrer, peur d’être à nouveau la grosse Gertrude. Si j’avais engrossé mon physique afin de faire fuir les garçons, je me sentais seule. J’étais contradictoire avec moi-même. Et je le suis toujours aujourd’hui. J’ai peur de m’ouvrir aux autres, mais à la fois, j’ai envie d’avoir des amis. J’ai envie d’être aimée telle que je suis, mais j’ai aussi envie de changer. Parce que je suis laide, repoussante, et que je me déteste. Je me déteste à un point inimaginable. J’ai été idiote, tous les garçons ne sont pas comme ces idiots. Je ne sais plus quoi faire, les régimes ne fonctionnent pas. Je resterais la grosse Gertrude. A mon intégration dans la fac, la Confrérie des Poséidons m’a contacté pour que j’intègre leur rang, mais j’ai refusé. J’ai préféré répondre à l’appel des Héphaïstos, une confrérie qu’on ne voit pas, dont on parle le moins. Je veux simplement faire mes études sans qu’on me remarque. Ouais… Enfin… Non, je ne sais pas.



Revenir en haut Aller en bas
 

au déla des apparences ft. GERTIE

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Great Academy :: La grande aventure :: T'as vu ta tête, t'es en travaux :: Dossiers acceptés-